Page:Viard - Grandes chroniques de France - Tome 7.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et se fist mout honorer et servir. Les autres pastouriaus alerent partout Paris et ocistrent touz les clers qu’il i trouverent. Et couvint que les portes de petit pont feussent fermées, pour la doutance qu’il n’oceissent les escoliers qui estoient venus de pluseurs contrées pour aprendre. Quant ce mestre de Hongrie ot Paris plumé de quanque il pot, il s’en parti et devisa ses pastouriaus en iii parties[1], quar il estoient tant que il ne peussent pas trouver ville qui les peust touz hebergier ne soustenir. Si en envoia une partie à Bourges et commanda à ceus qui les devoient conduire que quanqu’il porroient prendre et lever du païs, qu’il le preissent ; et quant il auroient ce fait qu’il retornassent à lui au port de Marseille où il les atendroit. Si se departirent en ceste maniere, et s’en ala l’une partie à Bourges et l’autre partie à Marseille. Quant les clers de Bourges sorent la venue de tel gent, si se douterent, quar l’en leur avoit bien raconté qu’il fesoient assez de maus. Si alerent parler à la justice et à ceus qui devoient la ville garder, et leur distrent que telle esmuete et tele alée d’enfanz et de pastouriaus estoit trouvée par grant malice et par art de deable et par enchantement ; et se il voloient metre paine, il prendroient les mestres des pastouriaus touz prouvez en mauvaistié et en cas de larrecin. Le prevost et le bailli s’acorderent à ce que cil leur disoient et furent touz avisez de la besongne. Les pastouriaus entrerent en Bourges et s’espandirent parmi la ville, mais il n’i trouverent onques ne clerc ne prestre. Si commencierent à mener leur mestrises aussi comme il avoient fet à Paris et es autres bonnes

  1. Une troupe de Pastoureaux alla à Orléans, elle y entra le 11 juin (Mathieu de Paris, t. V, p. 249-250).