Page:Viard - Grandes chroniques de France - Tome 7.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


menant pour eus plus esbahir. Quant il furent assamblé, la bataille fu trop fort et aspre ; mais la gent dant Henri furent si charchiez d’armes doubles que les cops des espées aus François poi valoient ou noiant. Et pour ce que les Espagnos n’avoient pas acoustumé à estre si chargiez d’armes, il en furent plus pesanz et plus gours, ne ne porent si vistement ferir ne lancier contre leur adversaires. Quant les François virent ce, si commencierent à crier : « Aus bras ! aus braz acolez, getez à terre ! » Adont commencierent à prendre par espaules et les trebuschierent entre les piez des chevaus. Quant cil aperçurent ce barat que li François leur faisoient, si fire tant par force que li François ne les porent pas de legier aprochier. Gui de Monfort fu esprouvez seur touz les autres, car dès le commencement de la bataille, il se feri comme foudre en euls et fist tant qu’il les perça tout outre et retorna arriere parmi eus en abatant quanqu’il ataignoit à plain cop, si que toute la terre estoit couverte de sanc par là où il passoit. Iluec li avint que son hiaume li torna el chief si qu’à poi que l’alaine ne li failloit, ne ne pooit veoir, més il feroit à destre et à senestre, ne ne savoit où, aussi comme se il fust hors du sens. Quant Erart vit le chevalier en tel point, si en ot pitié et aprocha de lui et le prist par le hiaume, et le torna arriere à son droit. Quant Gui senti qu’il estoit pris par le hiaume, si hauça l’espée, pour ce qu’il cuida estre pris, et feri Erart i grand cop desmesuré, et eust tantost recouvré l’autre, se ne feust ce que il ne congnut à sa vois et à sa raison. D’une part et d’autre fu la bataille grant et dura longuement, tant que les Espagnols resortirent et furent touz esbahis que si poi de gent porent durer contre euls. Quant