Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 

Quand elle allait, bergère,
Filant son blanc fuseau,
Son âme était légère
Comme un petit oiseau

Et sa voix si touchante,
Sous le ciel enchanté,
Que l’amandier qui chante
Pâlissait à côté.

Or, près d’une fontaine,
Le soir d’un beau lundi,
Un jeune capitaine,
En passant, l’entendit.

— « Qu’avez-vous, bergerette,
À chanter si gaiement ? »
— « Seigneur, une fleurette
S’entr’ouvre en ce moment.

« C’est la fleur qui commande
Aux gens de s’embrasser ;
C’est la fleur de la lande
Où vous allez passer. »

Et lui, répond : – « Mignonne,
Je suis le fils du roi.
Le printemps qui fleuronne
Est moins épris que moi.