Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— « Madeleine, l’époux charmé
Qui voit tes yeux, sait toute chose.
Viens refleurir, ô blanche rose,
Dans le palais du Bien-Aimé. » —

L’Ange, ayant dit cette parole,
Sourit comme un adolescent
Et, dans l’azur éblouissant,
La colombe plane et s’envole.


VI


Les portes du Ciel, les portes mystiques
Viennent de s’ouvrir au bruit des cantiques,

Les portes d’ivoire et d’or et d’argent,
Par où le roi passe après l’indigent.

Un rayon divin baigne la prairie
Où file, en riant, la Vierge Marie.

Mille oiseaux de pourpre aux vives couleurs
Jouent à se poursuivre au milieu des fleurs ;

On entend l’eau claire en son lit de mousse
Et l’arbre qui chante et l’herbe qui pousse.