Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 

Dodo, dodinette,
Dors, marionnette !


III


Tous les vains bruits se sont apaisés.
Dans l’or et le bleu du soir qui tombe,
Doux comme l’appel de la colombe,
Frémissent encor quelques baisers.

Bleu du crépuscule, ô bleu si tendre,
Doux comme les yeux qu’on aime tant,
Robe que la nuit passe en chantant,
Dès qu’un rossignol s’est fait entendre,

Rais de lumière au-dessus des monts,
Plaintes d’angelus dans la fumée,
Gazouillis d’oiseaux sous la ramée,
Pareils aux refrains que nous aimons,

Comme vous savez d’un autre monde
Parler à mi-voix au cœur lassé !
Évoquez pour moi le cher passé,
Le cher passé mort avec ma blonde.