Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 

« Lune d’argent,
Miroir céleste,
Adieu, je reste
Avec mon Jean !

« Combien sa bouche
A de douceur !
Mon ravisseur
N’est point farouche.

« D’un bras vaillant,
Blanc comme neige,
Il me protège
En souriant.

« À la rosée,
Plus de cent fois,
Il m’a dit : Sois
Mon épousée.

« Rire, jaser,
La pauvre affaire !
Moi, je préfère
Un franc baiser…

« Mon roi, ma reine,
Toute la cour,
Vive l’amour
Qui nous entraîne !