Page:Vicaire - L’Heure enchantée, 1890.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Elle n’a pas souffert, dit-on. L’horrible mort,
Craintive, a respecté cette forme charmante.
C’était l’oiseau qui prend son vol dans la tourmente.
Elle est quitte à présent, elle a touché le port.

Devant elle le flot épais des hommes d’armes
Roule, clairons en tête et drapeaux dans le vent.
Ah ! pareil défilé ne se vit pas souvent.
Bien dur serait celui qui retiendrait ses larmes.

Le vieux baron, muet, s’est assis à l’écart,
Et le front dans ses mains, pleure à la dérobée.
Après le châtiment sa fureur est tombée.
Il voudrait pardonner maintenant. C’est trop tard.

Il regarde, navré, pendre à la verte branche
Ce corps divin qui l’a jadis ensorcelé.
Il a pleuré trois jours son bonheur écroulé,
Il a pleuré trois nuits son Isoline blanche.


VII


 
Frémissante encor
De sa chevauchée,
Sous terre est couchée
La belle aux yeux d’or.