Page:Vigée-Lebrun - Souvenirs de Mme Louise-Elisabeth Vigée-Lebrun, tome 2.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


qui versent de l’eau en abondance ; toutes ces figures, d’une très belle composition, sont de Jean de Bologne.

Dès que je pus m’arracher à la jouissance de parcourir la galerie des Médicis et le palais Pitti ; j’allai voir les autres beautés que renferme Florence. D’abord les portes du baptistère de Guilberti dont les sujets, en dix compartimens, sont d’une composition admirable. Ces sujets sont pris dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Le relief des figures, le style des draperies, les accessoires, arbres, fabriques, tout est d’une exécution si parfaite, qu’on pourrait en faire des tableaux car il n’y manque que la couleur ; aussi Michel-Ange les nommait-il les portes du paradis.

À l’église de Saint-Laurent, je m’arrêtai longtemps dans la chapelle des Médicis, dont plusieurs tombeaux ont été exécutés d’après les dessins de Michel-Ange. On ne peut rien voir de plus beau que ces tombeaux. Quelques-uns sont en granit oriental, d’autres en granit égyptien. Dans des niches en marbre noir, on a placé