Page:Vigée-Lebrun - Souvenirs de Mme Louise-Elisabeth Vigée-Lebrun, tome 2.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


des statues en bronze doré. C’est dans l’église Santa-Croce que se trouve le mausolée de Michel-Ange. Là il faut se prosterner.

Je suis montée au cloître de l’Annonciate, peint par André del Sarte. Ces diverses compositions sont d’un style simple, qui convient au sujet, et qui tient même de l’antique. Les figures pleines d’expression et de vérité sont d’une excellente couleur. Il est bien malheureux que l’on n’ait pas soigné ces chefs-d’œuvre, qui auraient suffi à la réputation de ce grand peintre. La Vierge, nommée la Madona del Sacco, est divine. On la prendrait pour une vierge de Raphaël.

On sent bien que je ne pouvais quitter Florence sans aller au palais Altoviti pour voir le beau portrait que Raphaël a fait de lui-même. Ce portrait a été mis sous verre afin de le conserver, et cette précaution a fait noircir les ombres, mais tous les clairs de la chair sont restés purs et d’une belle couleur. Les traits du visage sont régulièrement beaux, les yeux char-