Page:Villedieu - Mémoires de la vie de Henriette Sylvie de Molière, 1672.pdf/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
52
La vie de Henriette

ayant renouvelé fes Edits contre les duëls,’iln’y ent plus de feureté pour mon-pauvre Amant à demeurer en France, & l’autre que Péclairciflement du fujet de ce duël’, fit connoiftre à la Dame d’Englefac :que la haïne d’entre fon fils & moy n’eftoit qu’un jeu concerté.

Et rien de pis ne me pouvoit ar river ; carconime j’eftois la caufe apparente de tout ce defordre, par ma defobeïffance : Elle me fit dés le lendemain enlever dans un Cloittre fc elle deffendit de m” laifler voir à perfonne, jufques { ce que je me fufle refolué d’y prendre l’habit. Ce que j’y trouva encore d’affigeant fut que ce n’étoit pas le mefme lieu dont fa fœur eftoit Abbeffe, où j’eufle pü du moins efperer quelque focieté ; C’eftoit un Convent, bon Dieu : de. Couvent ! qui fembloit plàtoff une affreufe prifon que toute