Page:Villiers de L'Isle-Adam - Contes cruels.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


DUKE OF PORTLAND


À Monsieur Henry La Luberne.


Gentlemen, you are welcome to Elsinore.
Shakespeare, Hamlet.
Attends-moi là : je ne manquerai pas, certes, de te rejoindre dans ce creux vallon.
L’évêque Hall.


Sur la fin de ces dernières années, à son retour du Levant, Richard, duc de Portland, le jeune lord jadis célèbre dans toute l’Angleterre pour ses fêtes de nuit, ses victorieux pur-sang, sa science de boxeur, ses chasses au renard, ses châteaux, sa fabuleuse fortune, ses aventureux voyages et ses amours, — avait disparu brusquement.

Une seule fois, un soir, on avait vu son séculaire carrosse doré traverser, stores baissés, au triple galop et entouré de cavaliers portant des flambeaux, Hyde-Park.

Puis, — réclusion aussi soudaine qu’étrange, — le