Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/103

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sépulcre, arraché aux ténèbres par des génies, s’exhumait et montait à la surface terrestre.

Edison, gardant toujours la carte photographique à la main ― et les yeux fixés sur un point de la muraille, en face de lui, à l’autre bout du laboratoire, ― semblait anxieux et attendait.

Le bruit cessa.

La main de l’électricien s’appuya sur un objet que lord Ewald ne distingua pas bien…

― Hadaly ! appela-t-il enfin à haute voix.


III


Apparition


« Qui se cache derrière ce voile ?… »
(Das verschleiertes Bild zu Saïs).


À ce nom mystérieux, une section de la muraille, à l’extrémité sud du laboratoire, tourna sur des gonds secrets, en silence, démasquant un étroit retrait creusé entre les pierres.

Tout l’éclat des lumières porta brusquement sur l’intérieur de ce lieu.

Là, contre les parois concaves et demi-circulaires, des flots de moire noire, tombant fastueusement d’un cintre de jade jusque sur le marbre blanc du sol, agrafaient leurs larges plis à des phalènes d’or piquées çà et là aux profonds de l’étoffe.

Debout en ce dais, une sorte d’Être, dont l’as-