Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/117

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de ce mirage enchanté que vous poursuivez en vain, dans vos souvenirs ! Et, la fixant presque immortellement, entendez-vous ? dans la seule et véritable forme où vous l’avez entrevue, je tirerai la vivante à un second exemplaire, et transfigurée selon vos vœux ! Je doterai cette Ombre de tous les chants de l’Antonia du conteur Hoffmann, de toutes les mysticités passionnées des Ligéias d’Edgard Poë, de toutes les séductions ardentes de la Vénus du puissant musicien Wagner ! Enfin, pour vous racheter l’être, je prétends pouvoir ― et vous prouver d’avance, encore une fois, que positivement je le puis, ― faire sortir du limon de l’actuelle Science-Humaine un Être fait à notre image, et qui nous sera, par conséquent, ce que nous sommes à dieu.

Et l’électricien, faisant serment, leva la main.


V


Stupeur


« Je restai momifié d’étonnement. »
Théophile Gautier.


À ces mots, lord Ewald demeura comme hagard devant Edison. On eût dit qu’il ne voulait pas comprendre ce qui lui était proposé.

Après une minute de stupéfaction :

― Mais… une telle créature ne serait jamais qu’une poupée insensible et sans intelligence ! s’écria-t-il, pour dire quelque chose.