Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/52

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de médecins très bizarres qui ne croient guère aux maux sans remède.

Lord Ewald ne réprima pas un léger mouvement de surprise à cette brusque ouverture.

― Oh ! la douleur en question, répondit-il, provient d’un accident très banal ; d’une passion vraiment fort malheureuse, qui m’attriste à jamais. Vous le voyez : mon secret est des plus simples, n’en parlons pas.

― Vous ! Une passion malheureuse ! s’écria Edison étonné lui-même.

― Pardon, interrompit lord Ewald, mais je ne me sens pas le droit de m’arroger un temps précieux pour tous, mon cher Edison, ― et notre conversation serait bien plus intéressante, il me semble, si nous en revenions à vous.

― Mon temps ? Eh ! mais… tous vous le doivent un peu ! ― dit l’électricien. Et ceux qui m’admirent, aujourd’hui, au point d’avoir fondé des sociétés au capital de cent millions sur mon crédit intellectuel ou mes découvertes passées et à venir, m’auraient parfaitement laissé crever comme un chien, à votre place ! Et j’en ai quelque souvenir. L’Humanité attendra : je la crois supérieure à ses intérêts, comme l’a dit un Français. L’affection sincère a des droits, aussi sacrés que les siens, mon cher lord : la qualité de la mienne me permet d’insister sur ce que je sollicitais tout à l’heure de votre confiance, puisque je sens que vous souffrez.

L’Anglais, après avoir allumé un cigare :

― En vérité, vous parlez si noblement, monsieur l’inventeur, dit-il, que je ne saurais résister longtemps à votre sympathie ! Laissez-moi vous avouer,