Page:Villiers de L’Isle-Adam - Axël, 1890.djvu/110

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


prodigieux. Une chose… Oh ! la plus étrange de toutes les choses ! — Si vous voulez l’entendre, je dois me hâter : elle est d’un récit difficile… l’heure passe et — vous partez cette nuit.


Le Commandeur

Vous êtes bien solennel pour être sérieux, herr Zacharias !


Herr Zacharias

Monseigneur, je ne parle jamais qu’en pesant bien tous les termes dont je me sers. Or il est vraiment impossible d’en trouver d’exacts pour qualifier les faits que je désire vous exposer. Bref, s’il est, sur la terre, un secret méritant le titre de… sublime… certes, on peut dire que c’est celui-là. Y penser, seulement… me donne le vertige… Vous le voyez : je suis inquiet — d’en parler !

Bruissement de la tempête. Il regarde autour de lui.

Le Commandeur, après un instant

Ce secret nous intéresse, le comte et moi ?


Le Commandeur

Tout d’abord. Puis, l’Allemagne. Puis… le monde entier.