Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 2.djvu/253

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[bri]
— 250 —

posées de plat. Les constructions gallo-romaines et mérovingiennes conservent encore ce mode. Mais, à partir du IXe siècle, on rencontre très-rarement des briques mêlées aux autres matériaux ; la brique n’est plus employée ou est employée seule. Nous devons toutefois excepter certaines bâtisses du midi de la France, où l’on trouve la brique réservée pour les remplissages, les voûtes, les parements unis, et la pierre pour les piles, les angles, les tableaux de fenêtres, les arcs, les bandeaux et corniches. C’est ainsi que la brique fut mise en œuvre, au XIIe siècle, dans la construction de l’église Saint-Sernin de Toulouse. Cette partie du Languedoc étant à peu près la seule contrée de la France où la pierre fasse complètement défaut, les architectes des XIIIe et XIVe siècles prirent franchement le parti d’élever leurs édifices en brique, n’employant la pierre que pour les meneaux des fenêtres, les colonnes, et quelques points d’appui isolés et d’un faible diamètre.

Un des plus beaux exemples de construction du moyen âge, en brique, est certainement l’ancien couvent des Jacobins de Toulouse, qui date de la fin du XIIIe siècle. Plus tard, au XIVe siècle, nous voyons élever en brique la jolie église fortifiée de Simorre (Gers), le collège Saint-Rémond et les murailles de Toulouse, des maisons de cette même ville, le pont de Montauban ; plus tard encore, la cathédrale d’Alby, grand nombre d’habitations privées de cette ville, les églises de Moissac, de Lombez, le clocher de Caussade, etc. La brique employée dans cette partie de la France, pendant les XIIIe, XIVe et XVe siècles, est grande, presque carrée (ordinairement 0,33 centimètres sur 0,25 centimètres et 0,06 centimètres d’épaisseur). Souvent les lits de mortier qui les séparent ont de 0,04 à 0,05 centimètres d’épaisseur. La brique moulée est rarement employée en France, pendant le moyen âge, tandis qu’elle est fréquente en Italie et en Allemagne ; cependant on rencontre parfois de petits modillons dans les corniches, des moulures simples, telles que des cavets et quart-de-rond. La brique du Languedoc étant très-douce, les constructeurs préféraient la tailler ; ou bien ils obtenaient une ornementation en la posant en diagonale sous les corniches, de manière à faire déborder les angles, ou en épis, ou de champ et de plat alternativement (voy. Construction). La brique fut très-fréquemment employée, pendant le moyen âge, pour les carrelages intérieurs ; elle était alors émaillée sur incrustations de terres de diverses couleurs (voy. Carrelage). Dans les constructions en pans de bois du nord de la France, des XVe et XVIe siècles, la brique est utilisée comme remplissage entre les poteaux, décharges et tournisses ; et la manière dont elle est posée forme des dessins variés. Dans ce cas, elle est quelquefois émaillée (voy. Pan de bois).

Nous trouvons encore dans le Bourbonnais, au château de la La Palisse, à Moulins même, des constructions élevées en brique et mortier qui datent du XVe siècle et dont les parements présentent (par l’alternance de briques rouges et noires) des dessins variés, tels que lozanges, zigzags, chevrons, etc. La façon dont ces briques sont posées mérite l’attention des