Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome1.djvu/393

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


XL.


AFFICHE (1751)[1].

cent écus à gagner.

On a volé plusieurs manuscrits contenant la tragédie de Sémiramis, la comédie intitulée Nanine, etc., l’histoire de la dernière guerre depuis 1741 jusqu’en 1747. On les a imprimés remplis de fautes et d’interpolations ; on les vend publiquement à Fontainebleau. Le premier qui donnera des indices sûrs de l’imprimeur et de l’éditeur recevra la somme de 300 francs de M. de Voltaire, gentilhomme ordinaire du roi, historiographe de France, rue Traversière.



XLI.


NOTE DE M. BERRYER[2].

20 juillet 1751.

Il y a un livre de M. de Voltaire, intitulé Mémoires pour servir à la vie de ***.

M. de Voltaire l’a laissé à Mme Denis. On croit qu’elle l’a encore.

L’abbé Raynal, qui est fort aimé de M. de Voltaire et de Mme Denis, pourrait en savoir des nouvelles.

Savoir ce que c’est que ce livre[3].



XLII.


NOTE DE M. D’HÉMERY[4].

au lieutenant de police.

1er janvier 1752.

Michel Lambert, reçu libraire en 1749, trente-deux ans, de Paris, je me trompe, de la Charité-sur-Loire, taille de 5 pieds 6 pouces, barbe brune et le visage un peu pâle, rue de la Comédie-Française.

  1. Cette affiche se rapporte au vol de manuscrits dont il est question dans le Mémoire de Mme Denis, Correspondance, n° 2223, et dans les lettres 2228, 2230 et 2231. Voltaire était alors à Berlin.
  2. Archives de la Bastille, tome XII, page 361.
  3. C’étaient les Mémoires pour servir à la Vie de Voltaire. (Note de M. Ravaisson.) — Il faudrait conclure de là que ces Mémoires avaient été commencés avant le départ de Voltaire pour la Prusse, ce qui ne paraît point vraisemblable.
  4. Archives de la Bastille, tome XII, page 372.