Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome12.djvu/264

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de leur indépendance. Léon X n’était pas assez puissant pour faire exécuter cette loi : elle pouvait être respectée à Rome ; elle ne l’était pas dans l’empire. Bientôt le pape est obligé de donner une dispense à Charles-Quint, qui veut bien la solliciter, et de reconnaître malgré lui un vassal qui le fait trembler : il donne cette dispense, et s’en repent le moment d’après.

Cette balance que Léon X voulait tenir, Henri VIII l’avait entre les mains : aussi le roi de France et l’empereur le courtisent ; mais tous deux tâchent de gagner son premier ministre le cardinal Wolsey.

(1520) D’abord François Ier ménage cette célèbre entrevue près de Calais avec le roi d’Angleterre. Charles, arrivant d’Espagne, va voir ensuite Henri à Cantorbéry, et Henri le reconduit à Calais et à Gravelines.

Il était naturel que le roi d’Angleterre prît le parti de l’empereur, puisqu’en se liguant avec lui il pouvait espérer de reprendre en France les provinces dont avaient joui ses ancêtres ; au lieu qu’en se liguant avec François Ier il ne pouvait rien gagner en Allemagne, où il n’avait rien à prétendre.

Pendant qu’il temporise encore, François Ier commença cette querelle interminable en s’emparant de la Navarre. Je suis très-éloigné de perdre de vue le tableau de l’Europe pour chercher à réfuter les détails rapportés par quelques historiens ; mais je ne puis m’empêcher de remarquer combien Puffendorf se trompe souvent : il dit que cette entreprise sur la Navarre fut faite par le roi dépossédé (1516), immédiatement après la mort de Ferdinand le Catholique ; il ajoute que « Charles avait toujours devant les yeux son plus ultra, et formait de jour en jour de vastes desseins ». Il y a là bien des méprises. (1516) Charles avait quinze ans ; ce n’est pas l’âge des vastes desseins ; il n’avait point pris encore sa devise de plus ultra. Enfin, après la mort de Ferdinand, ce ne fut point Jean d’Albret qui rentra dans la Navarre : ce Jean d’Albret mourut cette année-là même (1516) ; ce fut François Ier qui en fit la conquête passagère au nom de Henri d’Albret, non pas en 1516, mais en 1521.

Ni Charles VIII, ni Louis XII, ni François Ier, ne gardèrent leurs conquêtes. La Navarre, à peine soumise, fut prise par les Espagnols. Dès lors les Français furent obligés de se battre toujours contre les forces espagnoles, à toutes les extrémités du royaume, vers Fontarabie, vers la Flandre, vers l’Italie ; et cette situation des affaires a duré jusqu’au XVIIIe siècle.

(1521) Dans le même temps que les troupes espagnoles de