Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome12.djvu/464

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

pagne. Mais quel fut le fruit de la bataille de Lépante et de la conquête de Tunis ? Les Vénitiens ne gagnèrent aucun terrain sur les Turcs, et l’amiral de Sélim II reprit sans peine le royaume de Tunis (1574) : tous les chrétiens y furent égorgés. Il semblait que les Turcs eussent gagné la bataille de Lépante.

__________


CHAPITRE CLXI.


Des côtes d’Afrique.


Les côtes d’Afrique, depuis l’Égypte jusqu’aux royaumes de Fez et de Maroc, accrurent encore l’empire des sultans ; mais elles furent plutôt sous leur protection que sous leur gouvernement. Le pays de Barca et ses déserts, si fameux autrefois par le temple de Jupiter Ammon, dépendirent du bacha d’Égypte. La Cyrénaïque eut un gouverneur particulier. Tripoli, qu’on rencontre ensuite en allant vers l’occident, ayant été pris par Pierre de Navarre, sous le règne de Ferdinand le Catholique, en 1510, fut donné par Charles-Quint aux chevaliers de Malte ; mais les amiraux de Soliman s’en emparèrent ; et avec le temps elle s’est gouvernée comme une république, à la tête de laquelle est un général qu’on nomme dey, et qui est élu par la milice.

Plus loin vous trouvez le royaume de Tunis, l’ancien séjour des Carthaginois. Vous avez vu Charles-Quint donner un roi à cet État, et le rendre tributaire de l’Espagne ; don Juan le reprendre encore sur les Maures avec la même gloire que Charles-Quint son père ; mais enfin l’amiral de Sélim II remettre Tunis sous la domination mahométane, et y exterminer tous les chrétiens, trois ans après cette fameuse bataille de Lépante, qui produisit tant de gloire à don Juan et aux Vénitiens avec si peu d’avantage. Cette province se gouverna depuis comme Tripoli.

Alger, qui termine l’empire des Turcs en Afrique, est l’ancienne Numidie, la Mauritanie césarienne, si fameuse par les rois Juba, Syphax, et Massinissa. Il reste à peine des ruines de Cirte, leur capitale, ainsi que de Carthage, de Memphis, et même d’Alexandrie, qui n’est plus au même endroit où Alexandre l’avait bâtie. Le royaume de Juba était devenu si peu de chose que Che-