Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome15.djvu/410

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ordre religieux parvenu à se faire haïr par tant de nations est coupable de cette haine.

Cet ordre fut exterminé dans presque tous les pays qui avaient été les théâtre de sa puissance, en Espagne, aux Philippines, au Pérou, au Mexique, au Paraguai, en Portugal, au Brésil, en France, dans les Deux-Siciles, dans le duché de Parme, à Malte ; mais il fut conservé (du moins pour quelque temps) en Hongrie, en Pologne, dans le tiers de l’Allemagne, en Flandre, et même à Venise, où il n’avait aucun crédit et dont il avait été autrefois chassé.

Il paraît raisonnable et juste que des souverains mécontents d’un ordre religieux s’en défassent, et que les puissances qui en sont satisfaites le conservent dans leurs États.

(1773) Enfin cette société a été abolie, après bien des négociations, par le pontife de Rome Ganganelli, successeur du pape Rezzonico. Tous les princes catholiques de l’Europe ont chassé les jésuites, et le roi de Prusse, prince protestant, les a conservés, au grand étonnement des nations. C’est que ce monarque ne voyait en eux que des hommes capables d’élever chez lui la jeunesse, et d’enseigner les belles-lettres peu cultivées dans ses États, excepté par lui-même. Il les croyait utiles, et ne les craignait pas ; il regardait du même œil les calvinistes, les luthériens, les papistes ; ceux qu’on appelle les ministres de l’Évangile, et ceux qu’on appelait les pères de la Société de Jésus, les dédaignant tous également, établissant la tolérance universelle comme le premier des dogmes, plus occupé de son armée que de ses collèges ; sachant très-bien qu’avec des soldats il contiendrait tous les théologiens, et se souciant fort peu que ce fût un jésuite ou un prédicant qui fît connaître Cicéron et Vigile à la jeunesse.


CHAPITRE XXXIX[1].

DE LA BULLE DU PAPE REZZANICO, CLÉMENT XIII, ET DE SES SUITES.


L’infant duc de Parme, don Ferdinand de Bourbon, ayant suivi l’exemple de tous les princes de sa maison en chassant les

  1. Ce chapitre a été ajouté, en 1761, dans l’édition in-4o. (B.)