Livre:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome15.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome15.djvu
Titre Œuvres complètes de Voltaire - Histoire (5)
Volume tome 15
Auteur Voltaire
Maison d’édition Garnier
Année d’édition 1878
Bibliothèque Internet Archive
Fac-similés djvu
Avancement À valider
Série

Études : 1 • Théâtre : 2, 3, 4, 5, 6, 7 • Poésies : 8, 9, 10 • Histoire : 11, 12, 13, 14, 15, 16 • Dict. phil. : 17, 18, 19, 20 • Romans : 21 • Mélanges : 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32 • Correspondance : 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43, 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50 • Table générale et analytique : 51, 52


Pages

- - - - - - np np titre np 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 545 546 547 548 549 550 551 552 553 554 555 556 557 558 559 560 561 562 563 564 565 566 567 568 569 570 571 572 573 574 575 576 577 578 579 580 581 582 583 - - - - - - -



DES MATIÈRES CONTENUES DANS CE VOLUME
________
__________

Chap. XXXV. — Affaires ecclésiastiques. Disputes mémorables, 1. — Évêques non prêtres, ibid. — Don gratuit, 2. — Richesses du clergé, ibid. — Usage du clergé dans ses subsides, 3. — Anciennes maximes du clergé, ibid. — Conduite du roi avec le clergé, 6. — Des libertés de l’Église gallicane, 7. — De la régale, 8. — Autrefois les rois donnaient tous les bénéfices, ibid. — Résistance de l’évêque de Pamiers, 9. — Grand-vicaire traîné sur la claie en effigie, 10. — Fameuse assemblée du clergé, ibid. — La France prête à se séparer de Rome, 11. — Les quatre propositions, ibid. — Innocent XI, ennemi de Louis XIV, 12. — Réforme du clergé, 13. — Superstitions supprimées en partie, ibid.

Chap. XXXVI — Du calvinisme au temps de Louis XIV, 14. — Pourquoi y a-t-il toujours eu des querelles théologiques ? 15. — Origine des sectes du XVIe siècle, 16. — Ces sectes bannies des États monarchiques, 17. — Pourquoi établies en France, ibid. — Édit de Nantes, 18. — Séditions des réformés, 19. — Nouvelles guerres civiles des réformés, ibid. — Édit de grâce aux réformés, 20. — Richelieu veut enfin réunir les deux religions, 21. — Réformés protégés par Colbert, 22. — Louis XIV excité contre eux, ibid. — Petits enfants convertis, 24. — Mesures du gouvernement, ibid. — Pellisson convertit pour de l’argent, ibid. — Prédicants roués, 25. — Les huguenots s’enfuient, 26. — Dragonnades, ibid. — Lettre apostolique de Louvois, 27. — Édit de Nantes révoqué, 28. — Peuples, argent, manufactures, transportés, ibid. — Prisons et galères, 29. — Rebelles et prophètes, 32. — Prophètes verriers, 33. — Ministre roué, 34. — Prophètes assassins, ibid. — L’abbé de La Bourlie, ibid. — Guerres des fanatiques, 35. — Un garçon boulanger fait la guerre à Louis XIV, ibid. — Le garçon boulanger traite avec le maréchal de Villars, 36. — Fureur singulière, 37. — Conspiration des prophètes, ibid. — Prophètes réfugiés à Londres proposent de ressusciter un mort, 38.

Chap. XXXVII. — Du jansénisme, 39. — Jansénisme moins turbulent que le calvinisme, ibid. — Baïus inintelligible, ibid. — Rome se moque de Baïus, 40. — Molina visionnaire, ibid. — Procès à Rome pour ses visions, 41. — Ni les plaideurs ni les juges ne s’entendent, ibid. — Jansénius tout comme Baïus, ibid. — Arnauld digne de ne point entrer dans ces querelles, 42. — Les cinq propositions aussi ridicules que cinq cents autres, 43. — Tracasseries plus ridicules encore, ibid. — Disputes insensées, 44. — Arnauld persécuté, 45. — Formulaire à des filles, ibid. — Grand miracle d’un œil guéri, ibid. — Jésuites font aussi leurs miracles, 46. — Lettres provinciales, chef-d’œuvre, 47. — Ce chef-d’œuvre brûlé, ibid. — Religieuses enlevées, ibid. — Paix de Clément IX, 48. — Port-Royal, ibid. — Assemblées jansénistes, 49. — Cas de conscience aussi ridicule que tout ce que dessus, 50. — Port-Royal démoli, ibid. — Quesnel, ibid. — Quesnel prisonnier et délivré, 51. — Contrat des jansénistes avec la Bourignon, 52. — Projet fou des jansénistes, ibid. — Le Tellier, confesseur du roi, fourbe, insolent, factieux et fripon, 53. — Mme de Maintenon, faible et bigote autant qu’ambitieuse, 54. — Autorité royale employée par les jésuites, 55. — Bulle dressée par eux, ibid. — Bulle qui met tout en désordre, ibid. — Le jésuite Le Tellier en horreur, 56. — Changement dans les affaires, 57. — Bulle méprisée, ibid. — Le système de Law fait oublier la bulle, 58. — Pacification apparente, 59. — Singulier concile d’Embrun, 60. — Convulsionnaires, 61. — Décadence des jésuites, 62.

Chap. XXXVIII. — Du quiétisme, 63. — Mme Guyon extravagante, ibid. — Lacombe, directeur de la Guyon, ibid. — Mme Guyon enfermée à Vincennes, 66. — Marie d’Agréda, plus folle que la Guyon, regardée comme sainte, 67. — Fénelon persécuté pour aimer Dieu, ibid. — Très-mauvais procédé de Bossuet, 68. — Pape Innocent XII juge cette inintelligible dispute, ibid. — Fausses anecdotes, 69. — Louis XIV peu content des idées de Fénelon sur le gouvernement, 70. — Moines de Rome juges de Fénelon et de Bossuet, ibid. — L’archevêque de Cambrai se soumet, 71. — Fénelon détrompé enfin des sottes disputes, ibid.

Chap. XXXIX. — Disputes sur les cérémonies chinoises. Comment ces querelles contribuèrent à faire proscrire le christianisme de la Chine, 70. — Christianisme en Chine, ibid. — Dominicains contre jésuites en Chine, 77 — Procès de la Chine en cour de Rome, ibid. — Contradictions impertinentes au sujet de la Chine, 78. — Culte d’un seul Dieu plus ancien à la Chine qu’ailleurs, ibid. — Disputes ridicules en Sorbonne sur la Chine, 79. — Chine déclarée hérétique par la Sorbonne, ibid. — Un Maigrot, nommé évêque d’une province chinoise, critique l’empereur, 80. — Tournon, légat à la Chine, renvoyé, ibid. — L’empereur Young-tching, le meilleur des princes, 81. — Belles actions d’Young-tching, ibid. — Il proscrit poliment la religion chrétienne, 82. — Missionnaires chassés poliment, ibid. — Belle mercuriale aux missionnaires, 83. — Grands maux occasionnés par ces missionnaires, ibid. — Sagesse des Asiatiques en un point, ibid. — Miracle ridicule, 84.

__________



__________



Chap. I. — Tableau de l’Europe après la mort de Louis XIV, 153. — Testament de Louis XIV cassé, ibid. — Guerre de l’Allemagne contre la Turquie, 154. — Comte de Bonneval, 155. — Victoires du prince Eugène, ibid. — Paix avec les Turcs, ibid. — Régence du duc d’Orléans, ibid. — Albéroni, 156. — Le régent fait, sous le nom de Louis XV, la guerre au roi d’Espagne, oncle de Louis XV, 158. — Chute d’Albéroni, ibid. — Révélation de la confession de Philippe V, 160.

Chap. II. — Suite du tableau de l’Europe. Régence du duc d’Orléans. Système de Law ou Lass, 161. — Système de Law ou Lass, 163. — Duc d’Orléans encore calomnié, 165. — Peste en Provence, 167.

Chap. III. — De l’abbé Dubois, archevêque de Cambrai, cardinal, premier ministre. Mort du duc d’Orléans, régent de France, 169. — Le cardinal Dubois meurt sans vouloir recevoir les sacrements, 170. — Ministère du cardinal de Fleury, 176. — Russie et Prusse, 179. — Abdication de Victor-Amédée, duc de Savoie, 180. — Emprisonnement et mort de Victor-Amédée, ibid.

Chap. IV. — Stanislas Leczinski, deux fois roi de Pologne et deux fois dépossédé. Guerre de 1734. La Lorraine réunie à la France, 184. — Le cardinal de Fleury envoie quinze cents Français contre trente mille Russes, 185. — La tête du roi Stanislas mise à prix, ibid. — Les prisonniers français traités à Pétersbourg avec une générosité inouïe, 186. — Mort du maréchal de Villars, 187. — Seule guerre en Italie dont la fin ait été heureuse pour la France, 188.

Chap. V. — Mort de l’empereur Charles VI. La succession de la maison d’Autriche disputée par quatre puissances. La reine de Hongrie reconnue dans tous les États de son père. La Silésie prise par le roi de Prusse, 190. — Du royaume de Prusse, 191. — Économie du second roi de Prusse, 192. — Serment singulier qui ne devait pas l’être, 193. — Qualités de Marie-Thérèse, ibid. — Frédéric III, roi de Prusse, ibid. — Démarches singulières, ibid. — Bataille de Molvitz, 194.

Chap. VI. — Le roi de France s’unit aux rois de Prusse et de Pologne pour faire élire empereur l’électeur de Bavière, Charles-Albert. Ce prince est déclaré lieutenant général du roi de France. Son élection, ses succès, et ses pertes rapides, 194. — Discours singulier, 15 décembre 1740, 195. — Maréchal de Belle-Isle, 196. — Courage de Marie-Thérèse, 198. — Enthousiasme de l’Angleterre pour Marie-Thérèse, ibid. — Le comte de Saxe, 199. — Prague prise par escalade, ibid. — Marie-Thérèse près de sa ruine, 200. — Charles-Albert, empereur, ibid.

Chap. VII. — Désastres rapides qui suivent les succès de l’empereur Charles-Albert de Bavière, 201. — Pandours, Talpaches, Croates, Houssards, ibid. — Fausse démarche du cardinal de Fleury, 202. — Mort du cardinal de Fleury, 203.

Chap. VIII. — Conduite de l’Angleterre, de l’Espagne, du roi de Sardaigne, des puissances d’Italie. Bataille de Toulon, 204. — Un patron de vaisseau marchand fait déclarer la guerre, 205. — Les Anglais prennent Porto-Bello, 206. — Ce qui se passait en Angleterre dans cet embrasement général, ibid. — Conduite du roi de Sardaigne, 207. — Neutralités singulières en Italie, 208. — Étrange aventure à Naples, ibid. — Pendant qu’on se bat en Allemagne, l’infant don Philippe prend la Savoie, 209. — Récapitulation de l’état de l’Europe, ibid. — Bataille navale de Toulon, ibid.

Chap. IX. — Le prince de Conti force les passages des Alpes. Situation des affaires d’Italie, 211. — Escalade de Villefranche et de Montalban, 212. — Journée du Château-Dauphin, ibid. — Journée des barricades, 213.

Chap. X. — Nouvelles disgrâces de l’empereur Charles VII. Bataille de Dettingen, 214.

Chap. XI. — Première campagne de Louis XV en Flandre. Ses succès. Il quitte la Flandre pour aller au secours de l’Alsace menacée, pendant que le prince de Conti continue à s’ouvrir le passage des Alpes. Nouvelles ligues. Le roi de Prusse prend encore les armes, 219. — Première campagne de Louis XV, ibid. — Prise de Courtrai et de Menin, 220. — Le prince Charles de Lorraine passe le Rhin, 221. — Les Autrichiens en Alsace, 222. — Le roi de France marche au secours de l’Alsace, 223. — La guerre plus vive qu’auparavant. Le roi de Prusse fait marcher cent mille hommes, ibid.

Chap. XII. — Le roi de France est à l’extrémité. Dès qu’il est guéri il marche en Allemagne ; il va assiéger Fribourg, tandis que l’armée autrichienne, qui avait pénétré en Alsace, va délivrer la Bohême, et que le prince de Conti gagne une bataille en Italie, 224. — Le roi de France est à l’extrémité, ibid. — Témoignages singuliers de l’amour des Français pour leur roi, ibid. — Paroles de Louis XV étant à l’extrémité, 225. — Belle marche du prince Charles de Lorraine, 226.

Chap. XIII. — Bataille de Coni. Conduite du roi de France. Le roi de Naples surpris près de Rome, 227. — Prise de Fribourg par le roi de France, 228. — Les Anglais soudoient presque tous les princes, 229. — Conduite du maréchal de Saxe, ibid. — Situation de l’Italie, 230. — Journée de Velletri, ibid.

Chap. XIV. — Prise du maréchal de Belle-Isle. L’empereur Charles VII meurt ; mais la guerre n’en est que plus vive, 232. — Le maréchal de Belle-Isle et son frère prisonniers, ibid. — Mort de l’empereur Charles VII, 233. — L’électeur de Saxe, roi de Pologne, refuse la couronne impériale, 234.

Chap. XV. — Siége de Tournai. Bataille de Fontenoy, 235. — Siége de Tournai, ibid. — Bataille de Fontenoy, 237.

Chap. XVI. — Suites de la journée de Fontenoy, 247. — Le roi de France vainqueur demande la paix, ibid. — Journée de Mesle, 249. — Prise de Gand, 250. — Autres prises, ibid. — Les Anglais rendent enfin le maréchal de BelIe-Isle et son frère, 251.

Chap. XVII. — Affaires d’Allemagne. François de Lorraine, grand-duc de Toscane, élu empereur. Armées autrichiennes et saxonnes battues par Frédéric III, roi de Prusse. Prise de Dresde, 251. — Élection de François Ier, 252. — Le Grand-Seigneur offre sa médiation, 253. — Le roi de Prusse fait encore une paix utile, 254.

Chap. XVIII. — Suite de la conquête des Pays-Bas autrichiens. Bataille de Liége ou de Raucoux, 256. — Prise de Bruxelles, ibid. — Prise de Mons, 257. — Prise de Saint-Guilain, ibid. — Prise de Charleroi, ibid. — Prise de Namur, 258. — Bataille de Liége ou de Raucoux, 259.

Chap. XIX. — Succès de l’infant don Philippe et du maréchal de Maillebois, suivis des plus grands désastres, 260. — Bataille de Plaisance gagnée par le prince de Lichtenstein, 264. — Mort de Philippe V, roi d’Espagne, oncle de Louis XV, 265. — Retraite savante, 266. — Bataille en faisant retraite, ibid. — Gênes se rend, et presque à discrétion, 267.

Chap. XX. — Les Autrichiens et les Piémontais entrent en Provence ; les Anglais en Bretagne, 268. — Le maréchal de Belle-Isle, en Provence, fait tête aux Autrichiens et aux Piémontais, 269.

Chap. XXI. — Révolution de Gênes, 270. — Révolution dans Gênes, ibid. — Le duc de Boufflers vient secourir Gênes, 274. — Moines et confessions employés pour sauver Gênes, ibid. — Mort du duc de Boufflers, ibid.

Chap. XXII. — Combat d’Exiles funeste aux Français, 276.

Chap. XXIII. — Le roi de France, maître de la Flandre et victorieux, propose en vain la paix. Prise du Brabant hollandais. Les conjonctures font un stathouder, 278. — Congrès inutile, ibid. — Prise du Brabant hollandais, 279. — Création d’un stathouder dans les Provinces-Unies, 280.

Chap. XXIV. — Entreprise, victoires, défaite, malheurs déplorables du prince Charles-Édouard Stuart, 281. — Débarquement du prince Charles-Édouard dans une île d’Ecosse, 283. — Mœurs et lois des montagnards d’Écosse, ibid. — Ses premiers succès, 285. — Il prend Édimbourg, ibid. — Il gagne une victoire complète à Preston-Pans, 286. — Les Hollandais envoient servir en Angleterre des troupes qui avaient fait serment de ne point servir, 290. — Loi habeas corpus, 291.

Chap. XXV. — Suite des aventures du prince Charles-Édouard. Sa défaite, ses malheurs et ceux de son parti, 292. — Le colonel Lally, 293. — Les troupes hollandaises cèdent enfin à la loi de la guerre qui les obligeait à ne pas servir, ibid. — Nouvelle victoire du prince Édouard à Falkirck, 294. — Il livre un second combat le même jour, ibid. — Bataille décisive de Culloden et victoire complète du duc de Cumberland, 295. — Des femmes combattaient pour le prince Édouard, 296. — Extrémités affreuses où le prince Charles-Édouard est réduit, ibid. — Le roi de France fait en vain intercéder en faveur du prince Édouard et de ses partisans, 300. — Lettre singulière de l’ambassadeur Van Hoey, 301. — Supplices sanglants, ibid.

Chap. XXVI. — Le roi de France, n’ayant pu parvenir à la paix qu’il propose, gagne la bataille de Laufelt. On prend d’assaut Berg-op-Zoom. Les Russes marchent enfin au secours des alliés, 306. — Bataille de Laufelt gagnée par le roi de France et le maréchal de Saxe, 308. — Paroles mémorables du roi de France au général Ligonier, son prisonnier et né son sujet, ibid. — Siége de Berg-op-Zoom, 309. — Berg-op-Zoom pris d’assaut, 310. — Marche admirable du maréchal de Saxe, 311. — Mastricht investie, ibid. — Arrivée d’une armée de trente-cinq mille Russes au secours des alliés, ibid.

Chap. XXVII. — Voyage de l’amiral Anson autour du globe, 312. — Singulière aventure, 313. — Belle observation, 314. — Aventure plus singulière encore, 315.

Chap. XXVIII. — Louisbourg. Combats de mer : prises immenses que font les Anglais, 320.

Chap. XXIX. — De l’Inde, de Madras, de Pondichéry. Expédition de la Bourdonnaie. Conduite de Dupleix, etc., 325.

Chap. XXX. — Paix d’Aix-la-Chapelle, 332.

Chap. XXXI. — État de l’Europe en 1756. Lisbonne détruite. Conspirations et supplices en Suède. Guerres funestes pour quelques territoires vers le Canada. Prise de Port-Mahon par le maréchal de Richelieu, 335. — Le maréchal de Richelieu prend Minorque, 339.

Chap. XXXII. — Guerre en Allemagne. Un électeur de Brandebourg résiste à la maison d’Autriche, à l’empire allemand, à celui de Russie, à la France. Événements mémorables, 340. — Bataille de Kolin ou de Chodemitz, 345. — Bataille d’Hastembeck, 346.

Chap. XXXIII. Suite des événements mémorables. L’armée anglaise obligée de capituler. Journée de Rosbach. Révolutions, 347. — Bataille de Rosbach, 348. — Bataille de Lissa, 350. — Mort de Pierre III, empereur de Russie, 351.

Chap. XXXIV. — Les Français malheureux dans les quatre parties du monde, 355. — Désastres du gouverneur Dupleix, 359. — Lally arrive à Pondichéry, ibid. — Supplice du général Lally, 366.

Chap. XXXV. — Pertes des Français, 367.

Chap. XXXVI. — Gouvernement intérieur de la France. Querelles et aventures depuis 1750 jusqu’à 1762, 376. — Parlement exilé, 381. — Chambre royale, 382.

Chap. XXXVII. — Attentat contre la personne du roi, 389.

Chap. XXXVIII. — Assassinat du roi de Portugal. Jésuites chassés du Portugal, et ensuite de France, 395. — Malagrida, jésuite, brûlé, 397. — Banqueroute des jésuites en France, 398. — Les parlements abolissent l’ordre, ibid.

Chap. XXXIX. — De la bulle du pape Rezzonico, Clément XIII, et de ses suites, 400.

Chap. XL. — De la Corse, 406.

Chap. XLI. — De l’exil du parlement de Paris, etc., et de la mort de Louis XV, 418.

Chap. XLII. — Des lois, 419. — Loi fondée sur un solécisme, 424. — Jugements barbares, 425. — Loi qui préfère l’argent à la vie, ibid. — Contrariétés ridicules dans les lois, 427. — Mainmorte. Origine de cette expression, ibid. — Vénalité, 429.

Chap. XLIII. — Des progrès de l’esprit humain dans le siècle de Louis XV, 430.

__________


Chap. I. Des anciens parlements 
 447
Chap. II. Des parlements jusqu’à Philippe le Bel 
 451
Chap. III. Des barons siégeants en parlement et amovibles ; des clercs adjoints ; de leurs gages ; des jugements 
 456
Chap. IV. Du procès des Templiers 
 459
Chap. V. Du parlement devenu assemblée de jurisconsultes, et comme ils furent assesseurs en cour des pairs 
 461
Chap. VI. Comment le parlement de Paris devint juge du dauphin de France avant qu’il eût seul jugé aucun pair 
 464
Chap. VII. De la condamnation du duc d’Alençon 
 469
Chap. VIII. Des pairs, et quels furent les pairs qui jugèrent à mort le roi Jean sans Terre 
 472
Chap. IX. Pourquoi le parlement de Paris fut appelé la cour des pairs. 
 475
Chap. X. Du parlement de Paris, rétabli par Charles VII 
 477
Chap. XI. De l’usage d’enregistrer les édits au parlement, et des premières remontrances 
 478
Chap. XII. Du parlement dans la minorité de Charles VIII, et comment il refusa de se mêler du gouvernement et des finances 
 481
Chap. XIII. Du parlement sous Louis XII 
 483
Chap. XIV. Des grands changements faits sous Louis XII, trop négligés par la plupart des historiens 
 484
Chap. XV. Comment le parlement se conduisit dans l’affaire du concordat. 
 485
Chap. XVI. De la vénalité des charges, et des remontrances sous François Ier 
 487
Chap. XVII. Du jugement de Charles, duc de Bourbon, pair, grand chancelier et connétable de France 
 490
Chap. XVIII. De l’assemblée dans la grand’salle du palais, à l’occasion du duel entre Charles-Quint et François Ier 
 493
Chap. XIX. Des supplices infligés aux protestants ; des massacres de Mérindol et de Cabrières, et du parlement de Provence jugé criminellement par le parlement de Paris 
 497
Chap. XX. Du parlement sous Henri II 
 501
Chap. XXI. Du supplice d’Anne Dubourg 
 503
Chap. XXII. De la conjuration d’Amboise, et de la condamnation à mort de Louis de Bourbon, prince de Condé 
 507
Chap. XXIII. Des premiers troubles sous la régence de Catherine de Médicis. 
 510
Chap. XXIV. Du chancelier de L’Hospital. De l’assassinat de François de Guise 
 514
Chap. XXV. De la majorité de Charles IX, et de ses suites 
 517
Chap. XXVI. De l’introduction des jésuites en France 
 519
Chap. XXVII. Du chancelier de L’Hospital, et de ses lois 
 520
Chap. XXVIII. Suite des guerres civiles. Retraite du chancelier de L’Hospital. Journée de la Saint-Barthélemy. Conduite du parlement 
 523
Chap. XXIX. Seconde régence de Catherine de Médicis. Premiers états de Blois. Empoisonnement de Henri de Condé. Lettre de Henri IV, etc. 
 530
Chap. XXX. Assassinat des Guises. Procès criminel commencé contre le roi Henri III 
 534
Avertissement au procès 
 537
Chap. XXXI. Parlement traîné à la Bastille par les factieux. Décret de la Sorbonne contre Henri III. Meurtre de ce monarque 
 539
Chap. XXXII. Arrêts de plusieurs parlements, après la mort de Henri III. Le premier président Brisson pendu par la faction des Seize 
 542
Chap. XXXIII. Le royaume démembré. Le seul parlement, séant auprès de Henri IV, peut montrer sa fidélité. Il décrète de prise de corps le nonce du pape 
 547
Chap. XXXIV. États généraux tenus à Paris par des Espagnols et des Italiens. Le parlement soutient la loi salique. Abjuration de Henri IV 
 551
Chap. XXXV. Henri IV reconnu dans Paris 
 555
Chap. XXXVI. Henri IV assassiné par Jean Châtel. Jésuites chassés. Le roi maudit à Rome, et puis absous 
 558
Chap. XXXVII. Assemblée de Rouen. Administration des finances 
 563
Chap. XXXVIII. Henri IV ne peut obtenir de l’argent pour reprendre Amiens, s’en passe, et le reprend 
 566
Chap. XXXIX. D’une frimeuse démoniaque 
 567
Chap. XL. De l’édit de Nantes. Discours de Henri IV au parlement. Paix de Vervins 
 569