Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome15.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XL[1].

DE LA CORSE.


Ces petits démêlés avec la cour de Rome ne coûtaient que de l’encre et du papier ; mais il fallut de l’or et du sang pour soumettre l’île de Corse au pouvoir du roi de France.

Il est à propos de donner quelque idée de cette île. Il faut bien que le terrain n’en soit pas aussi ingrat, ni la possession aussi inutile qu’on le disait, puisque tous ses voisins en ont toujours recherché la domination.

Les Carthaginois s’en étaient emparés avant leurs guerres contre les Romains. Cornélius Scipion en fit la conquête dès la première guerre punique ; les Romains en demeurèrent longtemps les maîtres ; ils y bâtirent plusieurs villes. Les Goths l’enlevèrent aux Romains. Les Arabes la conquirent ensuite sur les Goths.

Quelques seigneurs de la nouvelle Rome en chassèrent les Sarrasins du temps du pape Pascal II. Les papes commencèrent dès lors à prétendre qu’il n’appartenait qu’à eux de donner des royaumes en qualité de vicaires de Jésus-Christ, dont le royaume n’était pourtant pas de ce monde. On croit communément que Grégoire VII fut le premier qui établit la chimère d’une monarchie sainte et universelle. On ne songe pas qu’Éginhard lui-même, le secrétaire de Charlemagne, dit que le pape Étienne déposa le roi des Francs Chilpéric, et donna le royaume des Francs au maire du palais Pépin, père de Charlemagne. Pascal II donna la Corse à un de ces conquérants, nommé Bianco, et s’en réserva l’hommage. L’île resta peuplée d’anciens Carthaginois, d’Arabes, et de naturels du pays. Les Pisans et les Génois s’en disputèrent ensuite la possession. Le pape Urbain II la donna aux Pisans par une bulle dont l’original est encore, dit-on, à Florence. Les Génois, malgré la bulle, s’établirent dans une partie de l’île au XIIe siècle.

Un Alfonse, roi d’Aragon, en chassa pendant quelque temps les Génois, qui l’en chassèrent à leur tour en 1354. Les Corses alors se firent de leur plein gré sujets de Gênes, parce qu’ils étaient très-pauvres, et qu’elle était très-riche.

  1. Ce chapitre fut aussi ajouté en 1769 dans l’édition in-4o. (B.)