Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AVERTISSEMENT

POUR LA PRÉSENTE ÉDITION.

Nous avons donné en premier lieu les ouvrages de Voltaire concernant l’histoire générale, puis ceux plus spécialement consacrés à la France. Voici enfin ceux dont la matière a été fournie par les annales des peuples étrangers. Cette section ne comprend que deux ouvrages : l’Histoire de Charles XII et l’Histoire de Russie sous Pierre le Grand.

Si nous avions strictement suivi, dans la publication de la partie historique de l’œuvre de Voltaire, l’ordre chronologique, nous aurions dû commencer par l’Histoire de Charles XII, car c’est la première composition de ce genre que Voltaire publia. Elle suivit de très-près la Henriade. « Il commença cette histoire, dit l’auteur du Tableau de la littérature française au XVIIIe siècle, à la fin de son voyage d’Angleterre, en relisant Quinte Curce et en faisant causer le chevalier Désaleurs, qui avait longtemps suivi le service aventureux de Charles XII. L’Europe était encore pleine du bruit de ce roi. L’historien recueillit, en courant, des détails et des témoignages, et en écrivit le récit dans quelques mois de retraite profonde à Rouen, avec cette vitesse qui faisait partie de sa verve, et tout en composant à la fois Ériphyle et la Mort de César. »

Le premier volume avait été tiré à deux mille six cents exemplaires, l’approbation accordée au sceau, quand le ministre, se ravisant, fit saisir l’édition. Il paraît qu’on craignit que l’ouvrage ne fût désagréable au roi Auguste de Pologne, le rival de Stanislas[1]. Voltaire s’arrangea pour donner une publicité clandestine au livre auquel on ne permettait pas de paraître au grand jour. Il comptait du reste sur une tolérance de l’autorité. Il s’adressa à Cideville[2] pour qu’il lui ménageât la bienveillance du premier président de Normandie, M. de Pont-Carré, et lui cherchât un imprimeur rouennais. C’est à Rouen, en effet, qu’il rédigea la seconde partie de son ouvrage. Les deux premières éditions virent le jour sous la rubrique : « Basle, chez Christ. Revis. 1731 ».

Neuf ans plus tard, en 1740, parut à Stockholm une histoire complète de Charles XII. L’auteur était le chapelain Nordberg, confesseur du roi de Suède, depuis 1703 aumônier de l’armée suédoise, qu’il suivit jusqu’à Pultava, où il fut fait prisonnier ; rendu à la liberté en 1715, il fut plus

  1. Lettre à M. de Cideville, 10 février 1731.
  2. Lettre du 30 janvier 1731.