Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tard officiellement chargé d’écrire l’histoire du héros par sa sœur Ulrique-Éléonore ; il eut à sa disposition toutes les pièces authentiques, et son travail fut corrigé et approuvé par une commission royale.

Voltaire en eut immédiatement connaissance, comme on le voit par sa lettre au maréchal de Schulenbourg (15 septembre 1740). Il se défia tout d’abord de l’impartialité du chapelain : « J’ai peur, dit-il, que le chapelain n’ait quelquefois vu les choses avec d’autres yeux que les ministres qui m’ont fourni mes matériaux. » Il ajoutait en terminant sa lettre : « J’apprends qu’on imprime à la Haye la traduction française de l’Histoire de Charles XII, écrite en suédois par M. Nordberg ; ce sera pour moi une nouvelle palette dans laquelle je tremperai le pinceau dont il me faudra repeindre mon tableau. » Il écrivait au traducteur Warmholtz, le 12 mars 1741, pour le prier de noter les endroits où il s’était trompé ; il lui adressait encore deux lettres au mois de mai, et annonçait l’intention de corriger son livre, de se réformer sur ses mémoires. Cette traduction parut en quatre volumes qui portent la date de 1748, mais une partie était déjà imprimée dès 1742, et Voltaire, instruit de l’esprit et de la valeur de cette œuvre, crut pouvoir la juger en toute liberté. Il avait lu dans l’écrivain suédois ces paroles à son adresse : « La beauté et la vivacité du style méritent des louanges ; cependant un baron de Puffendorf ne traiterait M. de Voltaire que comme le premier traita Varillas, qu’il appela archimenteur. »

Voltaire n’était pas homme à laisser l’attaque sans riposte. De là la lettre à Nordberg, qu’on trouvera dans la correspondance à l’année 1744.

M. A. Geffroy juge ainsi l’ouvrage de Nordberg : « Sa lourde histoire de Charles XII en trois volumes in-4° et en suédois ne fut pas plus savante que celle de Voltaire, qu’il copia vers la fin, mais offrit un amas bizarre des plus niaises circonstances enchâssées dans les plus naïfs propos. Quoiqu’il ose à peine lever les yeux sur une tête couronnée, le bon chapelain se délecte à suivre dans son récit les progrès de la chevelure de Charles XII depuis son enfance jusqu’à sa mort, les variations de couleur que lui a fait subir l’âge ou la fortune, les différentes allures qu’elle a revêtues : « Il porta perruque pendant son enfance seulement, se fit ensuite couper les cheveux fort courts, et les redressait en se peignant, ce qui lui seyait admirablement bien, surtout quand son valet de chambre, en lui frottant la tête, mettait sur la serviette un peu de poudre. À la fleur de l’âge, ses cheveux, d’abord d’un brun foncé, devenaient tout gris, au point que, la dernière année de sa vie, ceux qui étaient des deux côtés de la tête, près des oreilles, avaient presque entièrement perdu leur couleur naturelle. » En septembre 1708, quand commence cette expédition de Russie dont le récit dans Voltaire est si entraînant et si rapide, Nordberg, saisi tout à coup de je ne sais quel amour des jardins et des fleurs, s’arrête et se met à décrire un aloès qui vient de fleurir sous le ciel de la Suède ! Que serait-ce si nous citions les détails beaucoup trop circonstanciés, que le chapelain a légués à la postérité, sur toutes les parties de l’habillement du fameux roi de Suède ? »

Le jugement de Voltaire, qu’on trouve ci-après dans la préface de l’édition de 1748, n’est donc pas trop rigoureux. « Charles XII serait ignoré,