Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/425

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fit périr une partie de l’équipage : on vit, l’espace de cent milles, les rivages septentrionaux de la Californie ; on aperçut des canots de cuir qui portaient des hommes semblables aux Canadiens. Tout fut infructueux, Béring mourut dans une île à laquelle il donna son nom. L’autre capitaine, se trouvant plus près de la Californie, fit descendre à terre dix hommes de son équipage ; ils ne reparurent plus. Le capitaine fut forcé de regagner le Kamtschatka après les avoir attendus inutilement, et Delisle expira en descendant à terre. Ces désastres sont la destinée de presque toutes les premières tentatives sur les mers septentrionales. On ne sait pas encore quel fruit on tirera de ces découvertes si pénibles et si dangereuses.

Nous avons marqué tout ce qui compose en général la domination de la Russie depuis la Finlande à la mer du Japon. Toutes les grandes parties de cet empire ont été unies en divers temps, comme dans tous les autres royaumes du monde. Des Scythes, des Huns, des Massagètes, des Slavons, des Cimbres, des Gètes, des Sarmates, sont aujourd’hui les sujets des czars ; les Russes proprement dits sont les anciens Roxelans ou Slavons.

Si l’on y fait réflexion, la plupart des autres États sont ainsi composés. La France est un assemblage de Goths, de Danois appelés Normands, de Germains septentrionaux appelés Bourguignons, de Francs, d’Allemands, de quelques Romains mêlés aux anciens Celtes. Il y a dans Rome et dans l’Italie beaucoup de familles descendues des peuples du nord, et l’on n’en connaît aucune des anciens Romains. Le souverain pontife est souvent le rejeton d’un Lombard, d’un Goth, d’un Teuton, ou d’un Cimbre. Les Espagnols sont une race d’Arabes, de Carthaginois, de Juifs, de Tyriens, de Visigoths, de Vandales, incorporés avec les habitants du pays. Quand les nations se sont ainsi mêlées, elles sont longtemps à se civiliser, et même à former leur langage : les unes se policent plus tôt, les autres plus tard. La police et les arts s’établissent si difficilement, les révolutions ruinent si souvent l’édifice commencé, que si l’on doit s’étonner, c’est que la plupart des nations ne vivent pas en Tartares,