Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/480

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


perdu la Morée conquise par les Vénitiens, et n’ayant pu défendre Azof, fut obligé de faire la paix avec tous ses vainqueurs ; elle fut conclue à Carlovitz[1] entre Petervaradin et Salankernen, lieux devenus célèbres par ses défaites. Temisvar fut la borne des possessions allemandes et des domaines ottomans. Kaminieck fut rendu aux Polonais ; la Morée et quelques villes de la Dalmatie, prises par les Vénitiens, leur restèrent pour quelque temps, et Pierre Ier demeura maître d’Azof et de quelques forts construits dans les environs. Il n’était guère possible au czar de s’agrandir du côté des Turcs, dont les forces, auparavant divisées, et maintenant réunies, seraient tombées sur lui. Ses projets de marine étaient trop grands pour les Palus-Méotides. Les établissements sur la mer Caspienne ne comportaient pas une flotte guerrière : il tourna donc ses desseins vers la mer Baltique, sans abandonner la marine du Tanaïs et du Volga.


CHAPITRE XI.
GUERRE CONTRE LA SUÈDE. BATAILLE DE NARVA.
(ANNÉE 1700.)

Il s’ouvrait alors une grande scène vers les frontières de la Suède. Une des principales causes de toutes les révolutions qui arrivèrent de l’Ingrie jusqu’à Dresde, et qui désolèrent tant d’États pendant dix-huit années, fut l’abus du pouvoir suprême dans Charles XI, roi de Suède, père de Charles XII. On ne peut trop répéter ce fait, il importe à tous les trônes et à tous les peuples. Presque toute la Livonie avec l’Estonie entière avait été abandonnée par la Pologne au roi de Suède Charles XI, qui succéda à Charles X précisément pendant le traité d’Oliva : elle fut cédée, comme c’est l’usage, sous la réserve de tous ses priviléges. Charles XI les respecta peu. Jean Reginold Patkul, gentilhomme livonien, vint à Stockholm, en 1692, à la tête de six députés de la province, porter aux pieds du trône des plaintes respectueuses et fortes[2] : pour toute réponse on mit les six députés en prison,

  1. 1699, 20 janvier. (Note de Voltaire.)
  2. Nordberg, chapelain et confesseur de Charles XII, dit dans son histoire