Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/82

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les marchandises qui arrivent à Paris par eau, et quelques autres édits qui déplurent tous à la nation, déjà irritée de se voir entre les mains d’un homme si nouveau, et d’une jeune femme dont la conduite n’était pas approuvée.

Le parlement refusa d’enregistrer : il fallut mener le roi tenir un de ces lits de justice où l’on enregistre tout par ordre du souverain[1]. Le chancelier d’Aguesseau était éloigné ; ce fut le garde des sceaux d’Armenonville[2] qui exécuta les volontés de la cour. On conservait par cet édit la liberté des remontrances au parlement ; mais on ordonnait que les membres de ce corps n’auraient jamais voix délibérative en fait de remontrances qu’après dix années d’exercice, qui furent réduites à cinq.

Ce nouveau ministère effaroucha également le clergé, la noblesse et le peuple. Presque toute la cour se réunit contre lui ; l’évêque de Fréjus en profita. Il n’eut pas de peine à faire exiler le duc de Bourbon[3], son secrétaire et sa maîtresse ; et il devint le maître du royaume aussi aisément que s’il eût donné une abbaye. Fleury n’eut pas, à la vérité, le titre de premier ministre ; mais, sans aucun titre que celui de conseiller au conseil du roi, il fut plus absolu que les cardinaux d’Amboise, Richelieu et Mazarin ; et avec l’extérieur le plus modeste il exerça le pouvoir le plus illimité.



CHAPITRE LXIV.

DU PARLEMENT AU TEMPS DU CARDINAL FLEURY.

Dubois, pour être cardinal, avait fait recevoir la constitution Unigenitus et les formulaires, et toutes les simagrées ultramontaines dont il se moquait. Fleury eut cette dignité dès que le duc de Bourbon fut renvoyé, et il soutint les idées de la cour de Rome par les principes qu’il s’était faits. C’était un génie médiocre, d’ailleurs sans passions, sans véhémence, mais ami de l’ordre. Il croyait que l’ordre consistait dans l’obéissance au

  1. 8 juin 1725. (Note de Voltaire.)
  2. Joseph-Jean-Baptiste Fleuriau d’Armenonville, nommé garde des sceaux le 28 février 1722, les rendit le 15 août 1727, et mourut le 27 novembre 1728. (B.)
  3. 11 juin 1726.