Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome22.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
95
SUR LA RELIGION ANGLICANE

tages en faveur du commerce des Pensylvains : il ne les revit plus ; il mourut à Londres en 1718. Ce fut sous le règne de Charles II qu’ils obtinrent le noble privilège de ne jamais jurer, et d’être crus en justice sur leur parole. Le chancelier, homme d’esprit, leur parla ainsi : « Mes amis, Jupiter ordonna un jour que toutes les bêtes de somme vinssent se faire ferrer. Les ânes représcntèrent que leur loi ne le permettait pas. — Eh bien ! dit Jupiter, on ne vous ferrera point ; mais au premier faux pas que vous ferez, vous aurez cent coups d’étrivières. »

Je ne puis deviner quel sera le sort de la religion des quakers en Amérique ; mais je vois qu’elle dépérit tous les jours à Londres. Pour tout pays, la religion dominante, quand elle ne persécute point, engloutit à la longue toutes les autres. Les quakers ne peuvent être membres du parlement, ni posséder aucun office, parce qu’il faudrait prêter serment, et qu’ils ne veulent point jurer. Ils sont réduits à la nécessité de gagner de l’argent par le commerce ; leurs enfants, enrichis par l’industrie de leurs pères, veulent jouir, avoir des honneurs, des boutons, et des manchettes ; ils sont honteux d’être appelés quakers, et se font protestants, pour être à la mode.


LETTRE V[1].

sur la religion anglicane.

[2]L’Angleterre est le pays des sectes : Multæ sunt mansiones in domo patris mei[3]. Un Anglais, comme homme libre, va au ciel par le chemin qui lui plaît.

Cependant, quoique chacun puisse ici servir Dieu à sa mode,

    à Londres jusqu’à une extrême vieillesse, considéré comme le chef d’un peuple et d’une religion. Il n’est mort qu’en 1718.

    « On conserva à ses descendants la propriété et le gouvernement de la Pensylanie, et ils vendirent au roi le gouvernement pour douze mille pièces. Les affaires du roi ne lui permirent d’en payer que mille. Un lecteur français croira peut-être que le ministère paya le reste en promesses et s’empara toujours du gouvernement : point du tout ; la couronne n’ayant pu satisfaire dans le temps marqué au payement de la somme entière, le contrat fut déclaré nul, et la famille de Penn entra dans ses droits.
    « Je ne puis deviner, etc. »

  1. Cette lettre formait tout l’article Anglicans du Dictionnaire philosophique, dans les éditions Kehl.
  2. 1734. « C’est ici le pays des sectes. Un Anglais. »
  3. Jean, XIV, 2.