Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ENTRETIENS CHINOIS

��Un Chinois nommé Xain, ayant voyage en Europe dans sa jeunesse, retourna à la Chine à 1 ïige de trente ans, et, devenu mandarin, rencontra dans Pékin un ancien ami qui était entré dans l'ordre des jésuites : ils eurent ensemble les conférences suivantes :

PREMIÈRE CONFÉRENCE.

LE MANDARIN.

Vous êtes donc bien mal édifié de nos bonzes ?

LE JÉSUITE.

Je vous avoue que je suis indigné de voir quel joug honteux ces séducteurs imposent sur votre populace superstitieuse. Quoi! vendre la béatitude pour des chifTons bénits! persuader aux hommes que des pagodes ont parlé! qu'elles ont fait des mi- racles! se mêler de prédire l'avenir! quelle charlatanerie insup- portable !

LE MANDARIN.

Je suis bien aise que l'imposture et la superstition vous dé- plaisent.

LE JÉSUITE.

Il faut que vos bonzes soient de grands fripons,

LE MANDARIN.

Pardonnez; j'en disais autant en voyant en Europe certaines cérémonies, certains prodiges que les uns appellent des fraudes pieuses, les autres des scandales. Chaque pays a ses bonzes. Mais j'ai reconnu qu'il y en a autant de trompés que de trompeurs. Le grand nombre est de ceux que l'enthousiasme aveugle dans leur jeunesse, et qui ne recouvrent jamais la vue; il y en a d'autres

1. Tel est le titre que porte cet écrit dans le tome II des Choses utiles et agréables. Les éditeurs de Kchl l'avaient intitulé Un Mandarin et un Jésuite, et compris dans leur volume de Dialogues. Je ne saurais assigner une date précise aux Entretiens chinois; mais ils sont postérieurs à la Relation du bannissement. (B.)

�� �