Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


A M. BERGIER. 37

appelé Décret. Jean Hus et Jérôme de Prague ne furent juridi- quement assassinés que parce qu'ils n'étaient pas jugés ortlio- doxes, et qu'ils ne voulurent pas se rétracter. 11 n'y avait encore aucun vrai trouble en Bohème. Ce fut cet assassinat qui fut vengé par vingt ans de troubles et de guerres civiles. S'il y avait eu des troubles, c'était à l'empereur, et non au concile, à en juger; à moins qu'étant prêtre vous ne prétendiez que les prêtres doivent être les seuls magistrats, comme on l'a prétendu à Rome.

Ce qu'il y eut de plus étrange, c'est que Jean Hus fut arrêté sur un simple ordre du pape, de ce même pape Jean XXIIl, chargé des crimes les plus énormes, mis ensuite en prison lui- même, et déposé par le concile. Cet homme, convaincu d'assas- sinat, de simonie, et de sodomie, ne fut que déposé; et Jean et Jérôme, pour avoir dit qu'un mauvais pape n'est point pape, que les chrétiens doivent communier avec du vin, et que l'Église ne doit pas être trop riche, furent condamnés aux flammes.

Ne justifiez pas les crimes religieux : vous canoniseriez bientôt la Saint-P)arthélemy et les massacres d'Irlande; ce ne sont pas là des preuves de la vérité du christianisme.

III.

Vous dites * : (( II est faux que Ton doive à la religion catho- lique les horreurs de la Saint-Barthélémy. » Hélas ! monsieur, est-ce à la religion des Chinois et des brames qu'on en est rede- vable ?

IV.

Vous citez l'aveu d'un de vos ennemis^ qui dit que les guerres de religion ont leur cause à la cour. Mais ne voyez-vous pas que cet auteur s'exprime aussi mal qu'il pense? Ne savez-vous pas que, sous François I"', Henri II, et François II, on avait brûlé plus de quatre cents citoyens, et entre autres le conseiller du parlement Anne Dubourg^, avant que le prince de Condé prît secrètement le parti des réformés? Sentez combien l'auteur que vous citez se trompe.

Nous vous défions de nous montrer aucune secte parmi nous qui n'ait pas commencé par des théologiens et par la populace, à commencer par les querelles d'Athanase et d'Arius, jusqu'aux

��1. Page 112. {Note de Voltaire.)

2. Page HO, J.-J. Rousseau, (/d.)

3. Voyez, plus loin, le Discours du, conseiller Anne Dubourg.

�� �