Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/463

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE CINQUANTE ÉVANGILES. 455

ne VOUS nourrissez pas de celle qui a de l'amertume i. » Enfin on rapporte que le Sauveur avait dit : (c Je suis venu pour dé- truire les ouvrages de la femme; c'est-à-dire de la femme de la cupidité : or ses ouvrages sont la génération et la mort. »

XII. — ÉVANGILE DES ENCRATITES.

Saint Épiphane- pense que VÈvangile dont se servaient les encratites était celui que Tatien avait composé en fondant en- semble les quatre Évangiles canoniques; mais il paraît se tromper lorsqu'il dit que quelques-uns l'appelaient selon les Hébreux : en eifet saint Jérôme, qui traduisit ce dernier en grec et en latin, ne dit nulle part qu'il ait vu celui de Tatien, dont se servaient non- seulement ses disciples, mais encore les autres catholiques qui habitaient en Syrie sur les bords de l'Euphrate, comme l'atteste Théodoret \

XIII. — ÉVANGILE DE L'ENFANCE DU CHRIST.

Gélase déclare apocryphes les livres de l'enfance du Sauveur. On donnera en français le fragment* de celui que Cotelier a traduit du grec en latin, et ensuite un autre complet que Sike de Brème a mis en latin d'après l'arabe ^ Le savant M. Sinner parle d'un autre manuscrit, n° 377 de la Bibliothèque de Berne, dans lequel l'arrivée des mages à Jérusalem est rapportée deux ans après la naissance de Jésus. Il ajoute au voyage de Marie et de Joseph en Egypte que, « le troisième jour de leur départ, Marie dans le désert se trouva fatiguée de la trop grande chaleur du soleil; et, voyant un palmier, elle dit à Joseph : Beposons-nous un peu sous son ombre. Et Joseph, se hâtant, la conduisit vers le palmier, et la fit descendre de sa monture. Et lorsque Marie fut assise, regardant les branches du palmier, et les voyant chargées de fruits, elle dit à Joseph : J'ai envie, si cela se pouvait, de manger du fruit de ce palmier. Alors Joseph kii dit : Je suis surpris que vous me disiez cela, puisque vous voyez quelle hauteur ont les rameaux de ce palmier. Pour moi, je suis très en peine où nous prendrons de l'eau pour remplir nos outres, qui sont déjà vides, et pour nous ranimer. Alors le petit enfant Jésus, d'un air joyeux

��1. Strom., p. 452. {Note de Voltaire.) 4. Voyez ci-apir.s, page 482.

2. Hœres., 46, n» 1. {Id.) 5. Voyez ci-après, page 485.

3. Haîretic. lab., \. I, chap. xx. (W.)

�� �