Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome27.djvu/462

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


454 NOTICE ET FRAGMENTS

baptisé par Jean. Et lorsqu'il fut sorti de l'eau, les cienx s'ou- vrirent, et il vit le Saint-Esprit de Dieu qui descendait sous la forme d'une colomhe, et qui entrait en lui. Et une voix éclata du ciel, disant : Vous êtes mon fils bien-aimé, je me suis complu en vous. Et ensuite : Je vous ai engendré aujourd'hui ; et aussitôt dans ce même lieu brilla une grande lumière ^ Ce que Jean ayant vu, lui dit : Qui êtes-vous. Seigneur? La voix reprit du ciel : Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui je me suis complu. A ces mots Jean, se jetant à ses pieds : Seigneur, dit-il, baptisez-moi, je vous prie; mais lui l'en empêchait, disant : Laissez, il est à propos que nous accomplissions ainsi toutes choses. » Ailleurs^ les ébionites font dire à Jésus : h Je suis venu pour abroger les sacrifices; et, si vous ne cessez de sacrifier, la colère de Dieu contre vous ne cessera pas. » Ensuite* : « Ai-je désiré démanger la chair, cette pâque avec vous? » Paroles que Luc* rapporte sans interrogation et sans parler de la chair. Enfin % ontreVÉvan- gile sous le nom de Matthieu, les mêmes ébionites paraissent en avoir supposé sous celui de Jacques et des autres disciples.

XI. — ÉVANGILE SELON LES ÉGYPTIENS.

Saint Jérôme fait mention de cet Évangile, et saint Épiphane® dit que les sabelliens y puisaient leur erreur; comme si le Sau- veur y déclarait à ses disciples que le Père, et le Fils, et le Saint- Esprit, sont le même.

Saint Clément Romain et saint Clément d'Alexandrie en citent ces paroles : « Le Seigneur étant interrogé par une cer- taine* Salomé, quand son règne devait venir, lui dit^ : Lorsque vous foulerez aux pieds l'habillement de la pudeur, et lorsque deux seront un, et ce qui est dehors sera comme ce qui est dedans, et que le mâle avec la femelle ne seront ni mâle ni fe- melle'". Salomé demandant : Jusqu'à quand les hommes mour- ront-ils? le Seigneur dit : Tant que vous autres femmes enfanterez* , Et lorsqu'elle eut dit : J'ai donc bien fait, moi qui n'ai point en- | faute; le Seigneur répliqua : Nourrissez-vous de toute herbe, mais

1. Saint, Justin, dans son colloque avec Tryphon, p. 313, dit qu'en ce temps il parut du feu dans le Jourdain. [A'ote de Voltaire.)

•2. Epiphan., Haîres., 30, n° 10. (/(/.) 7. Epist. ii, n° 12. {Note de Voltaire.)

3. Ibid., n» 21. (Id) 8. Clem. Alex., 1. III,Strom., p. i63.

4. Chap. XXII, V. 15. (Id.) {Id.)

5. Epiphan., Hœres., 30, n" 23. ( W.) P. Ibid. {Id.)

6. Hœres., 62, n" 2. {Id.) U>. Ibid., 1. III, Strom., p. -445. {Id.)

�� �