Page:Wailly – La Folle ou Le Testament d’une Anglaise, 1827.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ARTHUR, qui a conduit Anna, lui frappant sur l’épaule.

Eh bien ! Caleb, tu ne me montres pas la chambre du prince Édouard ?


CALEB.

Pardon, mylord, je suis à vous.




fin du premier acte.