Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/81

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
57
D’OTRANTE.

politeſſe pour lui dire que vous aimez mieux être Religieuſe. Je ne crains point que cela arrive, lui dit Mathilde : tu ſais combien de partis il a rejetté… Et vous l’en remerciez, Madame, comme une fille obéiſſante & ſoumiſe, n’eſt-ce pas ?… Mais venez ici, Madame ; ſuppoſons pour un moment que demain matin il vous faſſe appeler dans la grande Salle du Conſeil, & que là vous trouviez à ſa droite un jeune Prince aimable, avec de grands yeux noirs, un front blanc & uni, des cheveux friſés & noirs comme du jais, en un mot, Madame, un jeune héros parfaitement reſſemblant au portrait du bon Alphonſe qui eſt dans la galerie, & que vous prenez tant de plaiſir à regarder pendant des heures entières… Ne badinez point de ce portrait, lui dit Mathilde en ſoupirant : je ſens que j’ai pour lui une vénération extraordinaire… mais je ne ſuis point amoureuſe d’un