Page:Walpole - Le chateau d'Otrante, partie 1, trad Eidous, 1767.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
58
LE CHATEAU

tableau. Le caractère de ce Prince vertueux, le reſpect que ma mère m’a inſpiré pour ſa mémoire, les oraiſons qu’elle m’a ordonné de réciter, je ne ſai pourquoi, ſur ſon tombeau, tout me perſuade que ma deſtinée eſt liée avec quelque choſe qui lui appartient. Bon Dieu ! Madame, reprit Blanche, comment cela pourroit-il être ? J’ai toujours oui dire que votre maiſon n’eſt point alliée à la ſienne ; & je ne puis concevoir pourquoi la Princeſſe vous envoie matin & ſoir prier ſur ſon tombeau : je n’ai jamais vu ſon nom dans l’Almanach ; que ne vous adreſſez-vous plutôt à Saint Nicolas ? c’eſt lui que j’invoque pour avoir un mari. Peut-être mon cœur ſeroit-il moins touché, lui dit Mathilde, ſi ma mère m’en diſoit la raiſon : mais c’eſt le ſilence qu’elle garde là-deſſus qui m’inſpire ce… je ne ſai comment l’appeler. Comme elle n’agit jamais par caprice, je ſuis perſuadée qu’il y a quel-