Page:Walras - Théorie mathématique de la richesse sociale.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On aurait de même les équations de demande totale de (A), (C), (D)… en (B)

[1]


les équations de demande totale de (A), (B), (D)… en (C)

[1]


les équations de demande totale de (A), (B), (C)… en (D)

[1]


et ainsi de suite, soit équations de demande.

Les prix d’équilibre sont ceux pour lesquels la demande totale effective est égale à l’offre totale effective. À cet égard, et l’offre effective d’une marchandise contre une autre étant toujours égale à la demande effective de cette autre multipliée par son prix en la première, nous avons les équations d’échange de (A) contre (B), (C), (D)…


les équations d’échange de (B) contre (A), (C), (D)…