Page:Walras - Théorie mathématique de la richesse sociale.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aurait indiqué le nom des marchandises qui s’échangent et le prix d’échange déterminé mathématiquement en vertu du système d’équations ci-dessus. Ainsi : — « Échange de (A) contre (B) et de (B) contre (A) aux prix réciproques  ; » — « Échange de (A) contre (C) et de (C) contre (A) aux prix réciproques  ; » — « Échange de (B) contre (C) et de (C) contre (B) aux prix réciproques . » — Cela posé, si chaque porteur de (A) qui veut du (B) et du (C) se bornait à échanger son (A) contre ce (B) et ce (C) sur les deux premiers marchés spéciaux, si chaque porteur de (B) qui veut de l’(A) et du (C) se bornait à échanger son (B) contre cet (A) et ce (C) sur le premier et le troisième, si chaque porteur de (C) qui veut de l’(A) et du (B) se bornait à échanger son (C) contre cet (A) et ce (B) sur les deux derniers, l’équilibre se maintiendrait tel quel. Mais il est facile de faire voir que ni les porteurs de (A), ni ceux de (B), ni ceux de (C) ne se borneront a ces deux échanges ; ils en voudront faire un troisième.

Pour un porteur de (A), qui a gardé de (A) et obtenu de (B) et de (C), on a les deux équations

exprimant l’égalité de chacun des rapports de la rareté de (B) et de la rareté de (C) à la rareté de (A) avec chacun des prix de (B) et de (C) en (A), après l’échange, qui est la condition de la satisfaction maximum. Or on tire de ces équations

d’où, si on suppose, par exemple,


ce qui indique qu’il y a avantage pour notre individu, après avoir fait ses deux premiers échanges sur les marchés (A, B), (A, C), a aller sur le marché (B, C) vendre du (C) en achetant du (B) au prix de (C) en (B). En vertu de la théorie de la détermination des prix courants d’équilibre, telle qu’elle a été établie dans le cas de l’échange de deux marchandises entre elles, cette opéra-