Page:Walras - Théorie mathématique de la richesse sociale.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion troublera l’équilibre du marché (B, C) en y rendant l’offre de (C) supérieure à la demande ; et cet équilibre, ainsi troublé, ne pourra se rétablir que par une baisse de .

De l’inégalité , on tire, en vertu de l’égalité . Dès lors, on démontrerait aussi qu’il y a avantage, pour un porteur de (B), après avoir fait ses deux premiers échanges sur les marchés (A, B), (B, C), à aller sur le marché (A, C) acheter du (C) en vendant de l’(A) au prix , de (C) en (A). Cette opération troublera l’équilibre du marché (A, C) en rendant la demande de (C) supérieure à l’offre, et cet équilibre ne pourra se rétablir que par une hausse de .

Enfin, de l’inégalité , on tire encore, en vertu de l’égalité et de l’égalité . Des lors, on démontrerait, toujours de la même manière, qu’il y a avantage pour un porteur de (C), après avoir fait ses deux premiers échanges sur les marchés (A, C), (B, C), à aller sur le marché (A, B) vendre du (B) en achetant de l’(A) au prix , de (B) en (A). Cette opération troublera l’équilibre du marché (A, B) en rendant l’offre de (B) supérieure a la demande, et cet équilibre ne pourra se rétablir que par une baisse de .

On voit par là que, dans le cas où est , l’équilibre du marché n’est pas définitif ou général, et qu’il s’y fait des échanges complémentaires dont le résultat est une baisse de , une hausse de , et une baisse de . On voit en même temps que, dans le cas où , serait , il se ferait, sur le marché, des échanges complémentaires dont le résultat serait une hausse de , une baisse de , et une hausse de . D’ailleurs il est assez clair que ce qui a été dit des prix de (A), (B) et (C) peut se dire aussi des prix de trois marchandises quelconques. Si donc on voulait que les échanges complémentaires n’eussent pas lieu, et que l’équilibre des marchandises deux à deux sur le marché fût général, il faudrait introduire la condition que le prix de deux marchandises quelconques l’une en l’autre fût égal au rapport des prix de l’une et l’autre en une troisième quelconque, c’est-à-dire qu’il faudrait poser les équations suivantes :