Page:Walras - Théorie mathématique de la richesse sociale.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des prix des marchandises en le numéraire, conformément à la condition d’équilibre général et au système [3] d’équations. Soient prix de (B), (C), (D)… en (A) ainsi criés au hasard.

À ces prix, ainsi criés, chaque échangeur détermine sa demande de chacune des marchandises en celle dont il est porteur. Cela se fait après réflexion, sans calcul, mais exactement comme cela se ferait par le calcul conformément à la condition de satisfaction maximum et au système [1] d’équations. Soient les demandes totales correspondant aux prix

De la demande effective de toutes les marchandises en chacune d’elles, se déduit toujours l’offre effective de chacune d’elles contre toutes en vertu de ce fait que l’offre effective d’une marchandise contre une autre est égale à la demande effective de cette autre multipliée par son prix en la première. C’est ainsi qu’il se produit une offre de (B)


en même temps qu’il se produit une demande de (B)


C'est ainsi qu’il se produit une offre de (C)


en même temps qu’il se produit une demande de (C)


C’est ainsi qu’il se produit une offre de (D)


en même temps qu’il se produit une demande de (D)


et ainsi de suite.