Page:Walter - Voyage autour du monde fait dans les années 1740, 1, 2, 3, 4, 1749.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de fournir du logement sous le Pont à la moitié de l’Equipage : il étoit outre cela si pesant par le haut, que si nos Gens avoient reçu ordre de venir tous ensemble sur le Pont, la Barque auroit couru grand risque de renverser sur le côté ; mais c’étoit là une difficulté insurmontable, puisqu’il n’étoit pas possible d’aggrandir cette Barque au-delà de ce qui a été dit.

Après qu’on eut réglé ce qui concernoit les agrés et la maneuvre de la Barque, un article essentiel fut d’avoir les provisions nécessaires pour un si long trajet. Ce ne fut pis un médiocre embaras que celui où nos officiers se trouvèrent à cette occasion ; ils n’avoient à terre, ni pain, ni aucune sorte de grain, le fruit à pain, qui nous avoit tenu lieu de l’une et de l’autre, de ces choses durant notre séjour dans l’Ile de Tinian, ne pouvant pas se conserver en Mer. Quoiqu’il ne manquât pas de Bétail en vie, ils n’avoient pas de sel pour saler du Bœuf ; et quand ils en auroient eu, dans un Climat si chaud le sel n’auroit pas pris. A la vérité, il nous restoit encore une petite quantité de Bœuf séché, que nous avions trouvée dans l’Ile en y débarquant ; mais cette provision ne pouvoit nullement suffire pour un voyage de six cens lieues. A la fin, il fut résolu, qu’on prendroit à bord le plus de noix de Coco qu’il se pourroit, de ménager le Bœuf seché en le distribuant avec beaucoup d’épargne, et de suppléer au pain par du ris. Pour avoir ce ris, il s’agissoit quand la Barque seroit achevée, de tenter une expédition contre l’Ile de Rota, où on savoit que les Espagnols avoient de grandes plantations de ris, confiées aux soins des Habitans Indiens. Mais comme cette entreprise ne pouvoit s’exécuter que de force, on examina ce qu’il y avoit de poudre à terre, et il fut trouvé, qu’en rassemblant le tout avec soin, il n’y en auroit que pour quatre-vingts-dix coups de fusil. Ce n’étoit pas un coup pour chaque homme : pauvre ressource pour des Gens, qui devoient se passer, durant un mois, de pain et de tout ce qui pouvoit en tenir lieu, à moins qu’ils ne s’en procurassent par la force des armes.

Il nous reste encore à parler du plus cruel de tous les embaras, qui, sans un concours d’accidens tout-à-fait singuliers, auroit rendu leur départ absolument impossible. Il ne fallut que peu de jours pour régler ce qui avoit rapport à la fabrique et à l’équipement du Vaisseau ; et cela étant fait, il y avoit moyen de calculer à peu près en quel tems le Bâtiment seroit achevé. Les Officiers dévoient naturellement considérer ensuite le cours qu’il falloit suivre., et la terre où il convenoit d’aborder. Ces réflexions les menèrent à la décourageante découverte qu’il n’y