Page:Widor - Initiation musicale.djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VIII

LE QUATUOR

L’ANCÊTRE DU VIOLON.
LES VIOLONS À LA COUR DE FRANCE.
LUTHIERS D’AUTREFOIS.



L’ancêtre du violon. ↔ C’est de la Viole qu’est né le quatuor, d’elle que sont issus le Violon (violino, diminutif de viola), puis le Violoncelle (viola di gamba), enfin la Contrebasse (contraviolone). C’est toujours la Viole, avec l’archet fortement arqué par la tension des crins, que représentent les primitifs quand ils groupent le chœur des anges, ou qu’ils dessinent un jongleur jouant de son instrument. Le Violon est venu plus tard ; il est postérieur à la Renaissance. Quant à la Contrebasse, elle n’apparait qu’au xviie siècle. L’orchestre de l’Opéra ne l’admet qu’en 1706.

Les violons à la Cour de France. ↔ Les Valois aimaient les arts, Charles IX, voulant réformer sa chapelle, s’adressa au plus célèbre luthier du temps, Steiner (d’Inspruck), pour ses violons et ses violes, à la profonde humiliation des luthiers français[1].

En grand honneur sous Louis XIII, les Menuets

(41)
  1. Il y a quelques années, l’un de ces instruments, en parfait état se vendait à Paris. C’était une Viole de Gambe (un grand Violoncelle), portant au dos un élégant écusson doré, aux armes de France.