Page:William Morris - Nouvelles de Nulle Part.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


étages supérieurs de ces maisons servent de maisons des Hôtes ; car les gens de tout le pays aiment venir ici en grand nombre de temps en temps, parce que la population est très dense en cet endroit ; vous en voyez la preuve en ce moment, et il y a des gens qui aiment les foules ; je ne puis pas dire que ce soit mon cas.

Je ne pus m’empêcher de sourire en voyant comme une tradition peut durer longtemps. Ici le spectre de Londres s’affirmait encore comme un centre… un centre intellectuel, autant que je pouvais savoir. Pourtant, je ne dis rien, demandant seulement à Dick d’aller très lentement, parce que les objets en montre paraissaient extrêmement jolis.

— Oui, dit-il, c’est un très bon marché pour les jolis objets, et il est surtout tenu pour les beaux produits, parce que le marché du Palais du Parlement, où l’on expose des choux et des navets, en même temps que de la bière et les espèces de vin inférieures, est tout près.

Puis il me regarda curieusement, et demanda :

— Peut-être voudriez-vous faire quelques emplettes, comme on dit ?

Je regardai ce que je pouvais voir de mon grossier habit bleu, que j’avais amplement occasion de comparer avec les gais atours des citoyens que nous avions croisés ; et je pensai que si, comme il paraissait vraisemblable, je devais être une curiosité pour ce peuple d’apparence très peu affairée, j’animerais avoir un