Poésies (Mallarmé)/Concordance

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher


Titre Incipit PC 1887 AVP VP 1899 1913 Autres éds.
1 Salut Rien, cette écume, vierge vers 1 1 Toast
2 Guignon (Le) Au dessus du bétail ahuri des humains 1 2 2 Au-dessus du bétail écœurant des humains
3 Apparition La lune s’attristait. Des séraphins en pleurs 2 1 3 3
4 Placet futile Princesse ! à jalouser le destin d’une Hébé 3 4 4 Placet : J’ai longtemps rêvé d’être, ô Duchesse, l’Hébé
5 Pitre châtié (Le) Yeux, lacs avec ma simple ivresse de renaître 4 8 5 5
6 Une négresse par le démon secouée Une négresse par le démon secouée 5 6 Les Lèvres roses
7 Fenêtres (Les) Las du triste hôpital, et de l’encens fétide 1 6 1 2 6 7
8 Fleurs (Les) Des avalanches d’or du vieil azur, au jour 6 7 2 4 7 8
9 Azur (L’) De l’éternel Azur la sereine ironie 5 13 6 13 9
10 Angoisse Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête 3 9 9 10 À celle qui est tranquille
11 Renouveau Le printemps maladif a chassé tristement 4 8 8 11 Vere novo
12 Las de l’amer repos où ma paresse offense Las de l’amer repos où ma paresse offense 10 10 10 12 Épilogue
13 Soupir Mon âme vers ton front où rêve, ô calme sœur 7 15 4 3 15 13
14 Sonneur (Le) Cependant que la cloche éveille sa voix claire 2 11 11 14 Cependant que la cloche enivre sa voix claire
15 Tristesse d’été Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie 11 12 9 12 15
16 Brise marine La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres 8 14 3 5 14 16
17 Aumône Prends ce sac, Mendiant ! tu ne le cajolas 9 16 16 17 À un pauvre : Prends le sac, Mendiant. Longtemps tu cajolas
18 Sonnet Sur les bois oubliés quand passe l’hiver sombre 18
19 Don du poème Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée ! 19 7 17 19
20 Hérodiade. Scène Tu vis ! ou vois-je ici l’ombre d’une princesse ? 12 20 20 18 20 Fragment d’une étude scénique ancienne d’un poëme de Hérodiade, Hérodiade (fragments)
21 Cantique de Saint Jean Le soleil que sa halte 21
22 Après-midi d’un favne (L’) Ces nymphes, je les veux perpétuer. / Si clair 21 21 19 22
23 Sainte A la fenêtre recélant 18 5 21 23
24 Toast funèbre O de notre bonheur, toi, le fatal emblème ! 22 22 24
25 Prose (pour des Esseintes) Hyperbole ! de ma mémoire 23 19 23 25
26 Eventail de Madame Mallarmé Avec comme pour langage 24 26
27 Autre Éventail de Mademoiselle Mallarmé O rêveuse, pour que je plonge 17 25 27 Éventail
28 Feuillet d’album Tout à coup et comme par jeu 26 28
29 Dame sans trop d’ardeur à la fois enflammant Dame / sans trop d’ardeur à la fois enflammant 29
30 O si chère de loin et proche et blanche, si O si chère de loin et proche et blanche, si 30
31 Remémoration d’amis belges A des heures et sans que tel souffle l’émeuve 27 31
Chansons bas : 27.5 31.5
32 Savetier (Le) Hors de la poix rien à faire 28 32 Le Carreleur de soulier
33 Marchande d’Herbes Aromatiques (La) Ta paille azur de lavandes 29 33 La Petite Marchande de lavandes : Ta paille azur des lavandes
34 Cantonnier (Le) Ces cailloux, tu les nivelles 34
35 Marchand d’ail et d’oignons (Le) L’ennui d’aller en visite 35
36 Femme de l’ouvrier (La) La femme, l’enfant, la soupe 36
37 Vitrier (Le) Le pur soleil qui remise 37
38 Crieur d’imprimés (Le) Toujours, n’importe le titre 38
39 Marchande d’habits (La) Le vif œil dont tu regardes 39
40 Billet Pas les rafales à propos 30 40
41 Rondel. I Rien, au réveil, que vous n’ayez 41
42 Rondel. II Si tu veux nous nous aimerons 42
43 Petit air. I Quelconque une solitude 31 43
44 Petit air. II Indomptablement a dû 32 44
45 Petit Air (guerrier) Ce me va hormis l’y taire 45
46 Quand l’ombre menaça de la fatale loi Quand l’ombre menaça de la fatale loi 25 9 33 46 Cette nuit
47 Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui 24 6 10 34 47
48 Victorieusement fui le suicide beau Victorieusement fui le suicide beau 26 7 11 35 48 Toujours plus souriant au désastre plus beau
49 Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx Ses purs ongles très haut dédiant leur onyx 27 12 36 49
50 La chevelure vol d’une flamme à l’extrème La chevelure vol d’une flamme à l’extrème 23 20 50 Le Nénuphar blanc
51 Tombeau d’Edgar Poe (Le) Tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change 28 22 37 51 Hommage
52 Tombeau de Charles Baudelaire (Le) Le temple enseveli divulgue par la bouche 38 52
53 Tombeau [de Verlaine] Le noir roc courroucé que la bise le roule 39 53
54 Hommage [à Wagner] Le silence déjà funèbre 29 40 54
55 Hommage [à Puvis de Chavannes] Toute Aurore même gourde 41 55
56 Toute l’âme résumée Toute l’âme résumée 56
57 Au seul souci de voyager Au seul souci de voyager 42 57
58 Tout Orgueil fume-t-il du soir Tout Orgueil fume-t-il du soir 32 16 43 58
59 Surgi de la croupe et du bond Surgi de la croupe et du bond 33 17 44 59
60 Une dentelle s’abolit Une dentelle s’abolit 34 18 45 60
61 Quelle soie aux baumes de temps Quelle soie aux baumes de temps 31 15 46 61
62 M’introduire dans ton histoire M’introduire dans ton histoire 35 14 47 62
63 A la nue accablante tu A la nue accablante tu 48 63
64 Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos 30 8 13 49 64