Différences entre les versions de « Page:Condorcet - Œuvres, Didot, 1847, volume 4.djvu/152 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « du chancelier Maupeou, fut du moins utile aux malheureux. S’il ne put obtenir justice pour la mémoire de l’infortuné la Barre ; s’il ne put rendre le jeune d’Ét... »)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 16 : Ligne 16 :
 
presque toutes leurs injustices ; et ils l’ont refusée
 
presque toutes leurs injustices ; et ils l’ont refusée
 
avec une humeur qui suffit pour en prouver la nécessité
 
avec une humeur qui suffit pour en prouver la nécessité
  +
<ref>
(i). Les femmes seules, en se déclarant
 
 
Il est juste d’observer que tous les magistrats n’ont pas
  +
cette haute idée de leurs droits, cet amour du pouvoir. L’un d’eux vient de mériter l’estime et la vénération de tous les citoyens, en prononçant, dans le parlement de Paris, ces paroles remarquables : ''Les citoyens seuls'' ''ont des droits ; les magistrats, comme magistrats,'' ''liront que des devoirs.''
 
</ref>. Les femmes seules, en se déclarant
 
grosses, échappent au danger de ces exécutions précipitées.
 
grosses, échappent au danger de ces exécutions précipitées.
 
Dans l’espace de moins de vingt ans, ce
 
Dans l’espace de moins de vingt ans, ce
Ligne 25 : Ligne 28 :
 
s’opposer, et qui doit subsister jusqu’au temps où
 
s’opposer, et qui doit subsister jusqu’au temps où
 
l’expérience aura prouvé que la législation nouvelle
 
l’expérience aura prouvé que la législation nouvelle
 
(i) Il est juste d’observer que tous les magistrats n’ont pas
 
cette haute idée de leurs droits, cet amour du pouvoir. L’un
 
d’eux vient de mériter l’estime et la vénération de tous les citoyens,
 
en prononçant, dans le parlement de Paris, ces paroles
 
remarepiables : Les citoyens seuls ont des droits ; les magistrats,
 
comme magistrats, liront que des devoirs.
 

Menu de navigation