Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/262 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
→‎top : clean up, remplacement: Gela → Cela avec AWB
(Pywikibot touch edit)
m (→‎top : clean up, remplacement: Gela → Cela avec AWB)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
de Nessus, à lui qui était d’âme si ardemment avec la vaillante poussée du progrès ?
 
de Nessus, à lui qui était d’âme si ardemment avec la vaillante poussée du progrès ?
   
Gela finissait par l’effrayer de mesurer cet abîme entre les Français d’aujourd’hui et ceux d’autrefois, surtout quand l’idée le poursuivait que, dans son mariage avec Mireille, les siens ne voulaient voir qu’une manifestation de cette révolte du présent contre le passé.
+
Cela finissait par l’effrayer de mesurer cet abîme entre les Français d’aujourd’hui et ceux d’autrefois, surtout quand l’idée le poursuivait que, dans son mariage avec Mireille, les siens ne voulaient voir qu’une manifestation de cette révolte du présent contre le passé.
   
 
En tout cas, l’accueil plus que froid dont on le mortifiait, était significatif. Ses parens certainement n’avaient en rien désarmé. Leurs préventions contre Mireille subsistaient comme à la première ouverture de ses desseins sur elle. Pauvre chère bien-aimée, se douterait-elle jamais de la lutte qu’il allait soutenir à cause d’elle ? Non, jamais, ce serait trop blessant. Heureusement que, pour elle, tout là dedans eût paru si invraisemblable que le soupçon ne pouvait en effleurer son esprit. Elle, attirante entre toutes, belle et fière comme une fille de rois, riche, adulée, elle, destinée à entrer partout acclamée, qu’on la repoussât comme indigne, c’était plus qu’inadmissible, c’était fou. Non, elle ne le saurait jamais, elle ne souffrirait pas de la honte d’un tel souvenir !
 
En tout cas, l’accueil plus que froid dont on le mortifiait, était significatif. Ses parens certainement n’avaient en rien désarmé. Leurs préventions contre Mireille subsistaient comme à la première ouverture de ses desseins sur elle. Pauvre chère bien-aimée, se douterait-elle jamais de la lutte qu’il allait soutenir à cause d’elle ? Non, jamais, ce serait trop blessant. Heureusement que, pour elle, tout là dedans eût paru si invraisemblable que le soupçon ne pouvait en effleurer son esprit. Elle, attirante entre toutes, belle et fière comme une fille de rois, riche, adulée, elle, destinée à entrer partout acclamée, qu’on la repoussât comme indigne, c’était plus qu’inadmissible, c’était fou. Non, elle ne le saurait jamais, elle ne souffrirait pas de la honte d’un tel souvenir !
387 266

modifications

Menu de navigation