100%.png

Épîtres (Voltaire)/Épître 26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes de VoltaireGarniertome 10 (p. 259).


ÉPÎTRE XXVI.


À LA REINE[1],
EN LUI ENVOYANT LA TRAGÉDIE DE MARIAMNE.


(1725)


Fille de ce guerrier qu’une sage province
Éleva justement au comble des honneurs,
Qui sut vivre en héros, en philosophe, en prince,
Au-dessus des revers, au-dessus des grandeurs ;
Du ciel qui vous chérit la sagesse profonde
Vous amène aujourd’hui dans l’empire françois,
Pour y servir d’exemple et pour donner des lois.
La fortune souvent fait les maîtres du monde ;
Mais, dans votre maison, la vertu fait les rois.
Du trône redouté que vous rendez aimable,
Jetez sur cet écrit un coup d’œil favorable ;
Daignez m’encourager d’un seul de vos regards ;
Et songez que Pallas, cette auguste déesse
Dont vous avez le port, la bonté, la sagesse.
Est la divinité qui préside aux beaux-arts[2].



  1. Marie Leczinska, fille de Stanislas, roi de Pologne, mariée à Louis XV en 1725. (K.)
  2. L’épître à la marquise de Prie, que Bouchot et d’autres éditeurs ont placée ici, est dans le tome ier du Théâtre, page 245.