Mozilla.svg

Cours d’agriculture (Rozier)/BRINDILLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome secondp. 462-463).


BRINDILLE. On a donné presqu’à la fin du mot Branche, (page 461) la définition de la brindille, & les caractères qui la font distinguer des autres branches de l’arbre. Comme cette branche est le magasin du fruit pour l’année précédente, on ne doit jamais l’abattre lorsque l’on taille l’arbre, ni lorsqu’on l’ébourgeonne, ni au tems du palissage, (Voyez ces mots) quand même la brindille se trouveroit sur le devant. Il vaut mieux perdre sur la beauté du coup-d’œil, & gagner en utilité. D’ailleurs, lorsque le bouton est grandi, on peut le relever & l’attacher en le courbant doucement. Cette règle cependant souffre une exception particulièrement à l’égard du pêcher : si la gelée a fait périr le bouton à bois, (Voyez ce mot) il ne faut point relever la brindille, parce que la pêche ne mûrit point si elle n’a pas à côté ou au-dessus d’elle, une branche qui la nourrit ; mais lorsque le fruit a acquis plus de la moitié de sa grosseur, on coupe alors cette branche à trois ou quatre yeux, & les feuilles servent à défendre le fruit de l’ardeur du soleil.