100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Bernardins (rue des)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Bernardins (rue des).

Commence au quai de la Tournelle, nos 3 et 5 ; finit à la rue Saint-Victor, nos 108 et 110. Le dernier Impair est 21 ; le dernier pair, 40. Sa longueur est de 242 m. — 12e arrondissement, quartier du Jardin-du-Roi.


Cette rue a été ouverte en 1246, sur le clos du Chardonnet. À partir de 1427, on la trouve indiquée sous les deux noms de rues des Bernardins et de Saint-Nicolas-du-Chardonnet (voir pour l’historique du couvent des Bernardins la rue de Pontoise). — Une décision ministérielle à la date du 8 nivôse an IX, signée Chaptal, a fixé la largeur de la rue des Bernardins à 8 m. Les constructions portant les nos 11, 13 ; 2, 4, 6, 10, 24, 26, 28, 30, 32, 34 et 36, ne sont pas soumises à retranchement. — Conduite d’eau depuis la rue Saint-Victor jusqu’à la borne-fontaine.

Dans la rue des Bernardins fut jouée une des scènes de la Fronde. Nous lisons dans les Mémoires de Joli (année 1649) : « Le cardinal de Retz et les Frondeurs, cherchant à exciter une nouvelle sédition, voulurent faire croire que la cour était dans l’intention de faire assassiner Joli, conseiller au Châtelet, syndic pour les rentes sur la ville et l’un des hommes les plus accrédités parmi le peuple. On plaça son pourpoint et son manteau sur un morceau de bois, dans une certaine attitude ; d’Estainville tira un coup de pistolet, avec tant de justesse, sur une des manches qu’on avoit remplie de foin, qu’il la perça précisément où il le falloit ; après quoi il fut arrêté entre lui et Joli, que le véritable coup seroit tiré le lendemain à sept heures et demie du matin, dans la rue des Bernardins. La chose fut faite comme on l’avait projetée. D’Estainville s’approcha du carrosse, Joli se baissa, le coup passa par-dessus sa tête et fut si bien ajusté qu’il se rapportoit parfaitement à la situation où il devoit être dans le carrosse. Il fut conduit chez un chirurgien vis-à-vis Saint-Nicolas-du-Chardonnet, où ayant été déshabillé, on lui trouva au bras gauche, à l’endroit où les balles devoient avoir passé, une espèce de plaie qu’il s’étoit faite lui-même la nuit avec des pierres à fusil, de sorte que le chirurgien ne douta pas que ce ne fût l’effet du coup, et y mit un appareil dans les formes ; tandis que d’Argenteuil disoit et faisoit tout ce qu’il pouvoit pour insinuer que cette entreprise n’avoit pu venir que de la part de la cour, qui vouloit se défaire de celui des syndics qui paraissoit le plus fermé et le plus affectionné au bien public. »

Bernardins (rue du Cloître-des-).

Commence à la rue de Pontoise, nos 12 et 16, finit à celle des Bernardins, no 21. Le dernier impair est 11 ; le dernier pair, 6. Sa longueur est de 122 m. — 12e arrondissement, quartier du Jardin-du-Roi.

On l’indiquait en 1789 sous le nom de passage conduisant au cloître des Bernardins. — C’était encore à cette époque une propriété appartenant à ces religieux. Le ministre de l’intérieur Cretet considéra le passage des Bernardins comme voie publique et approuva, le 3 octobre 1807, l’alignement à 10 m. de largeur, résultant d’une proposition faite par le conseil des bâtiments civils, le 21 septembre précédent. Les constructions du côté droit près de la rue de Pontoise sont alignées ; le surplus de ce côté n’est soumis qu’à un faible retranchement. — Égout et conduite d’eau.


Berri (rue de).

Commence aux rues d’Anjou, no 2, et de Poitou, no 38 ; finit à la rue de Bretagne, nos 37 et 39. Le dernier impair est 19 ; le dernier pair, 30. Sa longueur est de 137 m. — 7e arrondissement, quartier du Mont-de-Piété.

Ouverte en 1626, elle prit d’une de nos provinces de France le nom de Berri. — Une décision ministérielle, du 14 thermidor an VIII, signée L. Bonaparte, avait fixé la largeur de cette voie publique à 8 m. Cette largeur a été portée à 10 m., en vertu d’une ordonnance royale du 6 février 1828. Les constructions du côté gauche devront subir un retranchement de 1 m. 05 c. La maison no 2 est alignée ; le surplus du côté droit est soumis à un retranchement de 1 m. à 1 m. 35 c. — Portion d’égout du côté de la rue de Bretagne. — Conduite d’eau dans toute l’étendue. — Éclairage au gaz (compe Lacarrière)


Berri (rue Neuve-de-).

Commence à l’avenue des Champs-Élysées, nos 92 et 94 ; finit à la rue du Faubourg-du-Roule, nos 23 et 25. Le dernier impair est 13 ; le dernier pair, 18. Sa longueur est de 431 m. — 1er arrondissement, quartier des Champs-Élysées.

C’était anciennement la ruelle de l’Oratoire, parce qu’elle longeait des terrains appartenant aux pères de l’Oratoire.

« Louis, etc… Notre très cher et très amé frère Philippe, fils de France, comte d’Artois, nous a fait exposer que, devenu propriétaire du terrain connu sous le nom de l’ancienne Pépinière, situé à Paris faubourg Saint-Honoré, il croyait être du bien et de la commodité publique de redresser et élargir les voies appelées le chemin du Roule bordant le d. terrain au levant, et rue de l’Oratoire qui en fait la limite au couchant, etc. — Nous avons permis, et par ces présentes signées de notre main permettons et autorisons notre frère le comte d’Artois à percer et ouvrir deux nouvelles rues transversales sur le terrain de l’ancienne Pépinière qui lui appartient, parallèles à l’avenue de Neuilly et à la rue du Faubourg-Saint-Honoré, pour diviser en trois parties le d. emplacement, lesquelles deux nouvelles rues seront de ligne droite et les deux côtés parallèles dans toute leur longueur, aboutissant d’un côté dans la rue qui s’est appelée jusqu’à présent ruelle de Chaillot ou de l’Oratoire, et de l’autre dans le chemin du Roule, le long de l’égout ; la largeur desquelles rues sera fixée à 30 pieds ; celle des d. rues, la plus voisine de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, sera nommée rue