100%.png

L’Internationale, documents et souvenirs/Tome I

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Tome 1
Société nouvelle de librairie et d’édition.
Tome I Tome II


PRÉFACE


TABLE DES MATIÈRES DU TOME PREMIER


PREMIÈRE PARTIE
Avant la Fédération romande.


I. — Fondation de l’Internationale, 1 ; ses débuts dans la Suisse française, Coullery et J.-Ph. Becker, 2-4.
II. — Le premier Congrès général de l’Internationale, à Genève (3-8 septembre 1866), 4. Lettre adressée par moi au Premier Mars, 5-7. Les délégués, l’ordre du jour, 7-9. Les Statuts généraux et le règlement, 9-25. Lettre de Karl Marx sur le Congrès, 9 octobre, 26-27.
III. — Progrès de la Section du Locle : sa protestation contre la guerre au moment du conflit diplomatique à propos du Luxembourg (avril 1867), 27-29.
IV. — Le second Congrès général de l’Internationale, à Lausanne (2-7 septembre 1867) : extraits de mes « Souvenirs », parus dans le Diogène en 1867 ; les résolutions du Congrès, 29-41.
V. — Le premier Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté, à Genève (9-12 septembre 1867) : extraits de mes « Souvenirs », parus dans le Diogène en 1867 ; résolutions du Congrès, 41-56. Premier rapprochement entre les Sections de la Suisse française ; la Voix de l’Avenir de Coullery devient leur organe officiel (sept. 1867), 56 57. Édition des Statuts généraux de l’Internationale publiée par le Conseil général, 57-58.
VI. — Attitude des socialistes, dans la Suisse française, à l’égard du parti radical et du parti conservateur : alliance électorale de Coullery avec les conservateurs à la Chaux-de-Fonds, et des socialistes du Locle avec les radicaux, pour les élections au Grand-Conseil neuchâtelois du 3 mai 1868 ; le journal la Montagne, 58-62.
VII. — La grève du bâtiment à Genève, mars-avril 1868 ; mission de Graglia à Paris et à Londres ; François Brosset, 62-64. Le bureau de Paris de l’Internationale ; procès et condamnation des deux premières Commissions parisiennes (mars et mai 1868), 64-65.
VIII. — Le troisième Congrès général de l’Internationale, à Bruxelles (6-13 septembre 1868) ; ses résolutions, 65-71.
IX. — Le second Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté, à Berne (21-55 septembre 1868) ; une minorité socialiste se sépare de la Ligue, et, se constituant en Alliance de la démocratie socialiste, fait adhésion à l’Association internationale des travailleurs, 71-76. Coup-d’œil rétrospectif sur l’activité révolutionnaire de Michel Bakounine et de ses amis, de 1864 à 1868. 76-79.
X. — La Section du Locle dans l’automne de 1868. Notre état d’esprit devant le vote du Congrès de Bruxelles sur la propriété collective ; Coullery attaque le Comité central de Genève et les socialistes belges (27 septembre), 79-82. Manifeste électoral des socialistes de Genève (7 octobre) ; réponse du Comité central de Genève à Coullery et réplique de celui-ci (11 octobre) ; réponse de la Section bruxelloise à Coullery (18 octobre) ; la Section du Locle adhère aux résolutions du Congrès de Bruxelles et vote une Adresse aux démocrates socialistes de Genève (18 octobre), 82-87. Le Cercle international du Locle ; le « Caveau » ; le père Meuron ; le Crédit mutuel, les soirées d’instruction mutuelle, le projet de société de consommation, etc. Mes lectures ; paysage jurassien, « sur les Monts », 87-90.
XI. — Adresse de l’Internationale de Genève aux ouvriers espagnols (21 octobre 1868), 91-92. Réunion de Neuchâtel (21 octobre), 92. Fondation à Genève d’un groupe de l’Alliance de la démocratie socialiste (28 octobre), 92. Tentative électorale des socialistes genevois, qui présentent, lors de l’élection du Grand-Conseil de Genève (15 novembre), une liste de candidats socialistes, 93-94.
XII. — La Section du Locle en novembre et décembre 1868. Les achats coopératifs, 94. Essai d’intervention dans les affaires municipales, et fondation du journal le Progrès, « organe des démocrates loclois » (13 décembre) ; le mouvement du « protestantisme libéral » : première conférence de F. Buisson au Locle (16 décembre) ; premier numéro du Progrès (18 décembre), 95-100.
XIII. — Préparatifs en vue de la création d’une Fédération romande d’un journal destiné à lui servir d’organe, 100-102. La demande d’admission dans l’Internationale, adressée par le Bureau central de l’Alliance internationale de la démocratie socialiste, est examinée par le Conseil général de l’Internationale à Londres (décembre 1868) ; lettre particulière de Bakounine à Karl Marx (22 décembre) ; refus du Conseil général d’admettre l’Alliance de la démocratie socialiste comme branche de l’Association internationale des travailleurs (même jour, 22 décembre) ; lettre de Marx à Jung (28 décembre), 102-104.




DEUXIÈME PARTIE


La Fédération romande.


I. — Premier Congrès de la Fédération romande, à Genève (2-4 janvier 1869) ; création de l’Égalité et adoption des statuts de la Fédération, 105-107.
II. — Je fais la connaissance personnelle de Michel Bakounine (2 janvier 1869). Je refuse de fonder au Locle un groupe de l’Alliance. 107-108. Débat dans le Bureau central de l’Alliance ; la majorité décide, contre l’avis de Becker, de déférer aux observations du Conseil général, et de proposer aux groupes de l’Alliance de dissoudre leur organisation internationale ; Perron écrit à Londres dans ce sens, 108-111. Lettre du Conseil général belge (16 janvier), 111-113.
III. — Au Locle. Le no 2 du Progrès (12 janvier 1869) ; conférence du professeur Ch. Kopp (16 janvier), 113-116 ; le no 3 du Progrès (22 janvier), 116-118. Je demande à Bakounine de venir faire une conférence ; sa réponse (27 janvier). Crise dans la société secrète de Bakounine et de ses amis (26 janvier), sa dissolution, 118-120. Soirée familière au Cercle international du Locle (31 janvier) ; le no 4 du Progrès (2 février) ; seconde conférence de F. Buisson (5 février) ; nouvelle lettre de Bakounine (13 février) ; le no 5 du Progrès (20 février), 121-128.
IV. — Bakounine au Locle (20-22 février 1869) ; notre intimité : le programme de l’Alliance, 128-133.
V. — Le no 6 du Progrès : article sur la fête du 1er mars (1er mars 1869), 133-138. L’autorité scolaire du Locle s’émeut. Préparation de la transformation du Progrès en organe socialiste, 138-140.
VI. — Réponse du Conseil général de Londres à la lettre de Perron (9 mars 1869) ; en conséquence, dissolution volontaire de l’organisation internationale de l’Alliance de la démocratie socialiste ; le groupe genevois se constitue en Section de l’Internationale, 140-141. Grèves à Genève (mars). Progrès de l’Internationale à Paris, 141-143. À la Chaux de-Fonds et au Locle, succès de la propagande : groupes d’action ; attaques de la Montagne contre le Progrès ; lettre de la Commission d’éducation du Locle, 143-144.
VII. — Le no 7 du Progrès, devenu « organe socialiste » et paraissant tous les quinze jours (3 avril), 143-148. Suite du mouvement contre l’orthodoxie protestante. No8 du Progrès (17 avril), 148-149. L’Égalité ses treize premiers numéros ; à la demande de Bakounine, j’écris un article sur le droit d’héritage (Égalité du 1er mai), 149-133. Agitations en France et en Belgique. Netchaief. No9 du Progrès (1er mai), 133-155.
VIII. — Nous décidons d’en finir avec Coullery et la Montagne ; entente avec les socialistes du Val de Saint-Imier (9 mai 1869), 133-156. No10 du Progrès (13 mai) ; mort de Jeanne Brismée, à Bruxelles (17 mai) ; no 11 du Progrès (29 mai), 156-161. Meeting du Crêt-du-Locle (30 mai), 161-163. Lettre de Bakounine à Fritz Robert (7 juin), 163-166. No 12, 13 et 14 du Progrès (12 et 28 juin, 10 juillet), polémique avec la Montagne ; nouveaux articles sur le droit d’héritage (Égalité du 26 juin et du 10 juillet), 166-172. Massacre de la Ricamarie (17 juin) ; attente de graves événements, 172-173.
IX. — Mes derniers jours au Locle (11-13 juillet 1869), 173-174. L’enlèvement des enfants de la princesse Obolensky (13 juillet), 174-173. No 13, 16 et 17 du Progrès (24 juillet, 7 et 21 août) ; grève des ouvriers graveurs et guillocheurs à la Chaux de-Fonds et au Locle ; création de l’atelier coopératif du Locle, 176-178. La Commission d’éducation du Locle m’invite à donner ma démission (3 août) ; j’entre à l’imprimerie G. Guillaume fils à Neuchâtel, 178-179. Joukovsky au Locle ; no 18 et 19 du Progrès (4 et 18 septembre), 179.
X. — Les articles de Bakounine dans l’Égalité : les Endormeurs, la Montagne, le Jugement de M. Coullery, l’Instruction intégrale, la Politique de l’Internationale, la Coopération (26 juin-4 septembre 1869), 179-180. La Section de l’Alliance, à Genève, admise comme Section de l’Internationale par le Conseil général de Londres (28 juillet) ; Bakounine annonce (13 août) à la Section de l’Alliance qu’il quittera Genève après le Congrès de Bâle ; le Comité cantonal des Sections de Genève refuse d’admettre la Section de l’Alliance dans la fédération cantonale genevoise (16 août), 181-182. Fragment inédit d’un manuscrit de Bakounine : les raisons de l’hostilité de certains meneurs genevois contre l’Alliance, 183-186. Lutte entre la « fabrique » et le « bâtiment » à Genève, à propos de l’ordre du jour du futur Congrès général de l’Internationale (août) ; les délégués des Sections de la Suisse française au Congrès de Bâle, 186-190.
XI. — Le quatrième Congrès général de l’Internationale, à Bâle (6-12 septembre 1869) ; mon compte-rendu dans le no 19 du Progrès (18 septembre), 190-195); détails sur les débats du Congrès : législation directe, 193-196 ; propriété foncière, 196-200 ; droit d’héritage, 200-204 ; sociétés de résistance, 204-206; résolutions administratives, 206-209. Incident Bakounine Liebknecht, jury d’honneur, 210-213. Blâme infligé à Coullery, 213-214. Varlin entre dans notre intimité, 214-215.
XII. — Le lendemain du Congrès de Bâle : passage à Genève d’une partie des délégués (16 septembre 1869), 216. Le troisième Congrès de la Ligue de la paix à Lausanne (13-18 septembre), 216. Ajournement opposé par le Comité fédéral romand à la demande d’entrée dans la Fédération romande faite par la Section de l’Alliance (22 septembre), 217-218. Je fais au Locle un rapport sur ma délégation au Congrès de Bâle (23 septembre), 219. Bakounine m’écrit (3 octobre) pour m’annoncer son prochain départ pour Lugano, 219-220. Attaque de Moritz Hess contre Bakounine dans le Réveil de Paris du 2 octobre ; projets divers de réponse de Bakounine ; ma réponse dans le Progrès (no 21, 16 octobre) à l’article de Moritz Hess ; Bakounine quitte Genève (30 octobre). 220-224. Après le départ de Bakounine, Perron et Robin, chargés de la rédaction de l’Égalité, décident de continuer la Propagande du socialisme révolutionnaire avec une tactique nouvelle ; appréciation de la « campagne désastreuse » faite par eux (fragment inédit d’un manuscrit de Bakounine), 224-227. Débuts de M. Nicolas Outine dans l’Internationale de Genève : portrait de ce personnage (fragment inédit d’un manuscrit de Bakounine), 227-229.
XIII. — Les assemblées générale du mercredi au Temple Unique (20 octobre-1er décembre 1869), 229-230. Progrès de la Fédération romande ; propagande active dans le Jura Suisse ; meeting de Sonceboz (17 octobre), assemblée populaire de Saint-Imier (31 octobre) ; article du Progrès (no 23, 13 novembre) sur le développement de l’Internationale dans le Jura, 230-232. Les élections au Conseil national suisse (31 octobre) ; article du Progrès (no 22, 30 octobre), 232-234. La question de la séparation de l’Église et de l’État dans la canton de Neuchâtel : article du Progrès (no 23, 13 novembre) ; le christianisme libéral à la Chaux-de-Fonds (décembre), 235-237. Élection du Conseil d’État de Genève (14 novembre) ; échec de la candidature du socialiste genevois Grosselin, porté sur la liste radicale ; article conciliant de Perron dans l’Égalité sur cette élection, et « change banal » au Temple-Unique (27 novembre) ; Robin se prononce nettement, dans l’Égalité, contre les candidatures ouvrières (4 décembre), 237-240. En France : massacre d’Aubin (8 octobre) grèves, élections à Paris (21 novembre, 5 décembre), fondation de la Marseillaise (9 décembre), 241-242. Sentiñon au Locle (23 novembre) ; le Progrès devient hebdomadaire (no 24, 27 novembre) ; mon voyage à Lyon avec Sentiñon (4-5 décembre) ; un des dictionnaires secrets de Bakounine, 242-240. Progrès de l’Internationale dans tous les pays, 246-247. Suite de la propagande dans le Jura suisse : réunion des Ponts (5 décembre), meeting de Bienne (12 décembre) ; création de la Section de propagande de la Chaux-de-Fonds (décembre) ; mouvement des esprits à Neuchâtel, 247-248. Taquineries puériles de Robin dans l’Égalité à l’adresse du Conseil général de Londres (novembre-décembre) ; article du Progrès (no 25, 4 décembre) sur la querelle Schweitzer-Liebknecht ; autres taquineries de Robin dans l’Égalité (affaires Duval et Wahry), 248-252. Inauguration du monument de Serno-Soloviévitch à Genève (26 décembre), 252. Fondation de la Tagwacht à Zurich : article du Progrès (no 28. 25 décembre) sur les socialistes zuricois 253. Ma lettre au citoyen Murat, de Paris, sur le mutuellisme et le collectivisme, publiée dans le Progrès (no 1 de la 2e année, 1er janvier 1870) ; lettre que m’adresse Varlin à propos de la Marseillaise et du collectivisme, publiée dans le Progrès (même numéro), 254-259. Le numéro de l’Égalité du 1er janvier 1870, 259.
XIV. — Bakounine à Locarno (novembre-mars) ; la traduction de livre de Karl Marx, Das Kapital ; Netchaïef revient de Russie, sa lettre à l’éditeur Poliakof, 259-261. Je lis Das Kapital, et projette d’en analyser le contenu dans un article de revue, 262. La « Communication privée » du Conseil général de Londres du 1er janvier 1870 ; son existence ne nous est révélée qu’en 1872, 262-268. Projet d’une pétition collective au Conseil général, lancé par Robin, désapprouvé par Bakounine ; lettre de Sentiñon à Varlin à ce sujet (1er février), 269. Brusque démission de sept membres (sur neuf) du Conseil de rédaction de l’Égalité (3 janvier) : le journal est remis par le Comité fédéral aux mains de Wœhry et d’Outine ; attitude conciliante du Progrès, 270-271. Robin à Neuchâtel : affichage de petits placards de propagande (15 janvier) ; article du Progrès, « Les braves de l’Union libérale » (no 5, 29 janvier), 272-275. À Paris : la journée du 12 janvier ; lettre de Varlin à Aubry (19 janvier), 275-276. Le « coopérativisme » de la nouvelle rédaction de l’Égalité ; les collectivistes traités de « sectaires » ; ma lettre (29 janvier) sur la chimère de l’émancipation par la coopération. 276-277. Les assemblées générales du mercredi, à Genève, manifestent l’intention de soustraire l’Égalité au contrôle de la Fédération romande ; les Sections des Montagnes se préparent à revendiquer leurs droits, 277-278. Résultats satisfaisants de la propagande dans le Jura, 278. Robin quitte Genève pour Paris (6 février) ; la Section de l’Alliance, Joukovsky, 278-279. Meeting de Lausanne (27 février), 279-280. Poursuites contre Netchaïef : articles du Progrès (no 6, 8 et 10, 5 et 19 février, 5 mars) ; article de Bakounine dans la Marseillaise sur la mort de Herzen, reproduit dans le Progrès (no 10, 11 et 12), 280. Second article du Progrès sur la fête du 1er mars (no 9, 26 février), 280-282. Bakounine se rend de Locarno à Genève pour les affaires russes (12 mars) ; le fonds Bakhmétief : résurrection du Kolokol, 282-283. Assemblée de Lyon (13 mars) ; Robin à Paris ; nouvelle édition française des Statuts de l’Internationale, 283-286. La question de l’attitude de l’Internationale vis-à-vis des gouvernements : le point de vue du Temple-Unique, le point de vue du Jura, 286-287. La Section de l’Alliance et Outine : revision du programme faite sous la pression de Becker (26 mars) ; intervention de Bakounine, 287-288. Création par Outine d’une Section russe à Genève (annoncée le 23 mars) ; Outine et Marx ; alliance du Temple-Unique avec Coullery, 288-289. La Section de propagande de la Chaux-de-Fonds refusée par le Comité fédéral romand (27 mars) ; lettre de Perron ; lettre de Bakounine (2 avril) ; plan de bataille à la veille du Congrès romand, 289-291. « Communication confidentielle » (Confidentielle Mittheilung) de Marx à ses amis d’Allemagne (28 mars), 291-298. Dernier article du Progrès (no 14, 2 avril 1870), 299-302.