100%.png

L’Internationale, documents et souvenirs/Tome I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tome 1
Société nouvelle de librairie et d’édition.
Tome I Tome II


PRÉFACE


TABLE DES MATIÈRES DU TOME PREMIER


PREMIÈRE PARTIE
Avant la Fédération romande.


I. — Fondation de l’Internationale, 1 ; ses débuts dans la Suisse française, Coullery et J.-Ph. Becker, 2-4.

II. — Le premier Congrès général de l’Internationale, à Genève (3-8 septembre 1866), 4. Lettre adressée par moi au Premier Mars, 5-7. Les délégués, l’ordre du jour, 7-9. Les Statuts généraux et le règlement, 9-25. Lettre de Karl Marx sur le Congrès, 9 octobre, 26-27.

III. — Progrès de la Section du Locle : sa protestation contre la guerre au moment du conflit diplomatique à propos du Luxembourg (avril 1867), 27-29.

IV. — Le second Congrès général de l’Internationale, à Lausanne (2-7 septembre 1867) : extraits de mes « Souvenirs », parus dans le Diogène en 1867 ; les résolutions du Congrès, 29-41.

V. — Le premier Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté, à Genève (9-12 septembre 1867) : extraits de mes « Souvenirs », parus dans le Diogène en 1867 ; résolutions du Congrès, 41-56. Premier rapprochement entre les Sections de la Suisse française ; la Voix de l’Avenir de Coullery devient leur organe officiel (sept. 1867), 56 57. Édition des Statuts généraux de l’Internationale publiée par le Conseil général, 57-58.

VI. — Attitude des socialistes, dans la Suisse française, à l’égard du parti radical et du parti conservateur : alliance électorale de Coullery avec les conservateurs à la Chaux-de-Fonds, et des socialistes du Locle avec les radicaux, pour les élections au Grand-Conseil neuchâtelois du 3 mai 1868 ; le journal la Montagne, 58-62.

VII. — La grève du bâtiment à Genève, mars-avril 1868 ; mission de Graglia à Paris et à Londres ; François Brosset, 62-64. Le bureau de Paris de l’Internationale ; procès et condamnation des deux premières Commissions parisiennes (mars et mai 1868), 64-65.

VIII. — Le troisième Congrès général de l’Internationale, à Bruxelles (6-13 septembre 1868) ; ses résolutions, 65-71.

IX. — Le second Congrès de la Ligue de la paix et de la liberté, à Berne (21-55 septembre 1868) ; une minorité socialiste se sépare de la Ligue, et, se constituant en Alliance de la démocratie socialiste, fait adhésion à l’Association internationale des travailleurs, 71-76. Coup-d’œil rétrospectif sur l’activité révolutionnaire de Michel Bakounine et de ses amis, de 1864 à 1868. 76-79.

X. — La Section du Locle dans l’automne de 1868. Notre état d’esprit devant le vote du Congrès de Bruxelles sur la propriété collective ; Coullery attaque le Comité central de Genève et les socialistes belges (27 septembre), 79-82. Manifeste électoral des socialistes de Genève (7 octobre) ; réponse du Comité central de Genève à Coullery et réplique de celui-ci (11 octobre) ; réponse de la Section bruxelloise à Coullery (18 octobre) ; la Section du Locle adhère aux résolutions du Congrès de Bruxelles et vote une Adresse aux démocrates socialistes de Genève (18 octobre), 82-87. Le Cercle international du Locle ; le « Caveau » ; le père Meuron ; le Crédit mutuel, les soirées d’instruction mutuelle, le projet de société de consommation, etc. Mes lectures ; paysage jurassien, « sur les Monts », 87-90.

XI. — Adresse de l’Internationale de Genève aux ouvriers espagnols (21 octobre 1868), 91-92. Réunion de Neuchâtel (21 octobre), 92. Fondation à Genève d’un groupe de l’Alliance de la démocratie socialiste (28 octobre), 92. Tentative électorale des socialistes genevois, qui présentent, lors de l’élection du Grand-Conseil de Genève (15 novembre), une liste de candidats socialistes, 93-94.

XII. — La Section du Locle en novembre et décembre 1868. Les achats coopératifs, 94. Essai d’intervention dans les affaires municipales, et fondation du journal le Progrès, « organe des démocrates loclois » (13 décembre) ; le mouvement du « protestantisme libéral » : première conférence de F. Buisson au Locle (16 décembre) ; premier numéro du Progrès (18 décembre), 95-100.

XIII. — Préparatifs en vue de la création d’une Fédération romande d’un journal destiné à lui servir d’organe, 100-102. La demande d’admission dans l’Internationale, adressée par le Bureau central de l’Alliance internationale de la démocratie socialiste, est examinée par le Conseil général de l’Internationale à Londres (décembre 1868) ; lettre particulière de Bakounine à Karl Marx (22 décembre) ; refus du Conseil général d’admettre l’Alliance de la démocratie socialiste comme branche de l’Association internationale des travailleurs (même jour, 22 décembre) ; lettre de Marx à Jung (28 décembre), 102-104.




DEUXIÈME PARTIE


La Fédération romande.


I. — Premier Congrès de la Fédération romande, à Genève (2-4 janvier 1869) ; création de l’Égalité et adoption des statuts de la Fédération, 105-107.

II. — Je fais la connaissance personnelle de Michel Bakounine (2 janvier 1869). Je refuse de fonder au Locle un groupe de l’Alliance. 107-108. Débat dans le Bureau central de l’Alliance ; la majorité décide, contre l’avis de Becker, de déférer aux observations du Conseil général, et de proposer aux groupes de l’Alliance de dissoudre leur organisation internationale ; Perron écrit à Londres dans ce sens, 108-111. Lettre du Conseil général belge (16 janvier), 111-113.

III. — Au Locle. Le n°2 du Progrès (12 janvier 1869) ; conférence du professeur Ch. Kopp (16 janvier), 113-116 ; le n°3 du Progrès (22 janvier), 116-118. Je demande à Bakounine de venir faire une conférence ; sa réponse (27 janvier). Crise dans la société secrète de Bakounine et de ses amis (26 janvier), sa dissolution, 118-120. Soirée familière au Cercle international du Locle (31 janvier) ; le n°4 du Progrès (2 février) ; seconde conférence de F. Buisson (5 février) ; nouvelle lettre de Bakounine (13 février) ; le n°5 du Progrès (20 février), 121-128.

IV. — Bakounine au Locle (20-22 février 1869) ; notre intimité : le programme de l’Alliance, 128-133.

V. — Le n°6 du Progrès : article sur la fête du 1er mars (1er mars 1869), 133-138. L’autorité scolaire du Locle s’émeut. Préparation de la transformation du Progrès en organe socialiste, 138-140.

VI. — Réponse du Conseil général de Londres à la lettre de Perron (9 mars 1869) ; en conséquence, dissolution volontaire de l’organisation internationale de l’Alliance de la démocratie socialiste ; le groupe genevois se constitue en Section de l’Internationale, 140-141. Grèves à Genève (mars). Progrès de l’Internationale à Paris, 141-143. À la Chaux de-Fonds et au Locle, succès de la propagande : groupes d’action ; attaques de la Montagne contre le Progrès ; lettre de la Commission d’éducation du Locle, 143-144.

VII. — Le n°7 du Progrès, devenu « organe socialiste » et paraissant tous les quinze jours (3 avril), 143-148. Suite du mouvement contre l’orthodoxie protestante. N° du Progrès (17 avril), 148-149. L’Égalité ses treize premiers numéros ; à la demande de Bakounine, j’écris un article sur le droit d’héritage (Égalité du 1er mai), 149-133. Agitations en France et en Belgique. Netchaief. N°9 du Progrès (1ermai), 133-155.

VIII. — Nous décidons d’en finir avec Coullery et la Montagne ; entente avec les socialistes du Val de Saint-Imier (9 mai 1869), 133-156. N°10 du Progrès (13 mai) ; mort de Jeanne Brismée, à Bruxelles (17 mai) ; n°11 du Progrès (29 mai), 156-161. Meeting du Crêt-du-Locle (30 mai), 161-163. Lettre de Bakounine à Fritz Robert (7 juin), 163-166. N° 12, 13 et 14 du Progrès (12 et 28 juin, 10 juillet), polémique avec la Montagne ; nouveaux articles sur le droit d’héritage (Égalité du 26 juin et du 10 juillet), 166-172. Massacre de la Ricamarie (17 juin) ; attente de graves événements, 172-173.

IX. — Mes derniers jours au Locle (11-13 juillet 1869), 173-174. L’enlèvement des enfants de la princesse Obolensky (13 juillet), 174-173. N° 13, 16 et 17 du Progrès (24 juillet, 7 et 21 août) ; grève des ouvriers graveurs et guillocheurs à la Chaux de-Fonds et au Locle ; création de l’atelier coopératif du Locle, 176-178. La Commission d’éducation du Locle m’invite à donner ma démission (3 août) ; j’entre à l’imprimerie G. Guillaume fils à Neuchâtel, 178-179. Joukovsky au Locle ; n° 18 et 19 du Progrès (4 et 18 septembre), 179.

X. — Les articles de Bakounine dans l’Égalité:les Endormeurs, la Montagne, le Jugement de M. Coullery, l’Instruction intégrale, la Politique de l’Internationale, la Coopération (26 juin-4 septembre 1869), 179-180. La Section de l’Alliance, à Genève, admise comme Section de l’Internationale par le Conseil général de Londres (28 juillet) ; Bakounine annonce (13 août) à la Section de l’Alliance qu’il quittera Genève après le Congrès de Bâle; le Comité cantonal des Sections de Genève refuse d’admettre la Section de l’Alliance dans la fédération cantonale genevoise (16 août), 181-182. Fragment inédit d’un manuscrit de Bakounine : les raisons de l’hostilité de certains meneurs genevois contre l’Alliance, 183-186. Lutte entre la « fabrique » et le « bâtiment » à Genève, à propos de l’ordre du jour du futur Congrès général de l’Internationale (août) ; les délégués des Sections de la Suisse française au Congrès de Bâle, 186-190.

XI. — Le quatrième Congrès général de l’Internationale, à Bâle (6-12 septembre 1869) ; mon compte-rendu dans le n° 19 du Progrès (18 septembre), 190-195); détails sur les débats du Congrès:législation directe, 193-196 ; propriété foncière, 196-200 ; droit d’héritage, 200-204 ; sociétés de résistance, 204-206; résolutions administratives, 206-209. Incident Bakounine Liebknecht, jury d’honneur, 210-213. Blâme infligé à Coullery, 213-214. Varlin entre dans notre intimité, 214-215.

XII. — Le lendemain du Congrès de Bâle : passage à Genève d’une partie des délégués (16 septembre 1869), 216. Le troisième Congrès de la Ligue de la paix à Lausanne (13-18 septembre), 216. Ajournement opposé par le Comité fédéral romand à la demande d’entrée dans la Fédération romande faite par la Section de l’Alliance (22 septembre), 217-218. Je fais au Locle un rapport sur ma délégation au Congrès de Bâle (23 septembre), 219. Bakounine m’écrit (3 octobre) pour m’annoncer son prochain départ pour Lugano, 219-220. Attaque de Moritz Hess contre Bakounine dans le Réveil de Paris du 2 octobre ; projets divers de réponse de Bakounine ; ma réponse dans le Progrès (n°21, 16 octobre) à l’article de Moritz Hess ; Bakounine quitte Genève (30 octobre). 220-224. Après le départ de Bakounine, Perron et Robin, chargés de la rédaction de l’Égalité, décident de continuer la Propagande du socialisme révolutionnaire avec une tactique nouvelle ; appréciation de la « campagne désastreuse » faite par eux (fragment inédit d’un manuscrit de Bakounine), 224-227. Débuts de M. Nicolas Outine dans l’Internationale de Genève : portrait de ce personnage (fragment inédit d’un manuscrit de Bakounine), 227-229.

XIII. — Les assemblées générale du mercredi au Temple Unique (20 octobre-1er décembre 1869), 229-230. Progrès de la Fédération romande ; propagande active dans le Jura Suisse ; meeting de Sonceboz (17 octobre), assemblée populaire de Saint-Imier (31 octobre) ; article du Progrès (n°23, 13 novembre) sur le développement de l’Internationale dans le Jura, 230-232. Les élections au Conseil national suisse (31 octobre) ; article du Progrès (n° 22, 30 octobre), 232-234. La question de la séparation de l’Église et de l’État dans la canton de Neuchâtel : article du Progrès (n° 23, 13 novembre) ; le christianisme libéral à la Chaux-de-Fonds (décembre), 235-237. Élection du Conseil d’État de Genève (14 novembre) ; échec de la candidature du socialiste genevois Grosselin, porté sur la liste radicale ; article conciliant de Perron dans l’Égalité sur cette élection, et « change banal » au Temple-Unique (27 novembre) ; Robin se prononce nettement, dans l’Égalité, contre les candidatures ouvrières (4 décembre), 237-240. En France : massacre d’Aubin (8 octobre) grèves, élections à Paris (21 novembre, 5 décembre), fondation de la Marseillaise (9 décembre), 241-242. Sentiñon au Locle (23 novembre) ; le Progrès devient hebdomadaire (n° 24, 27 novembre) ; mon voyage à Lyon avec Sentiñon (4-5 décembre) ; un des dictionnaires secrets de Bakounine, 242-240. Progrès de l’Internationale dans tous les pays, 246-247. Suite de la propagande dans le Jura suisse : réunion des Ponts (5 décembre), meeting de Bienne (12 décembre) ; création de la Section de propagande de la Chaux-de-Fonds (décembre) ; mouvement des esprits à Neuchâtel, 247-248. Taquineries puériles de Robin dans l’Égalité à l’adresse du Conseil général de Londres (novembre-décembre) ; article du Progrès (n°25, 4 décembre) sur la querelle Schweitzer-Liebknecht ; autres taquineries de Robin dans l’Égalité (affaires Duval et Wahry), 248-252. Inauguration du monument de Serno-Soloviévitch à Genève (26 décembre), 252. Fondation de la Tagwacht à Zurich : article du Progrès (n° 28. 25 décembre) sur les socialistes zuricois 253. Ma lettre au citoyen Murat, de Paris, sur le mutuellisme et le collectivisme, publiée dans le Progrès (n°1 de la 2e année, 1er janvier 1870) ; lettre que m’adresse Varlin à propos de la Marseillaise et du collectivisme, publiée dans le Progrès (même numéro), 254-259. Le numéro de l’Égalité du 1er janvier 1870, 259.

XIV. — Bakounine à Locarno (novembre-mars) ; la traduction de livre de Karl Marx, Das Kapital ; Netchaïef revient de Russie, sa lettre à l’éditeur Poliakof, 259-261. Je lis Das Kapital, et projette d’en analyser le contenu dans un article de revue, 262. La « Communication privée » du Conseil général de Londres du 1er janvier 1870 ; son existence ne nous est révélée qu’en 1872, 262-268. Projet d’une pétition collective au Conseil général, lancé par Robin, désapprouvé par Bakounine ; lettre de Sentiñon à Varlin à ce sujet (1er février), 269. Brusque démission de sept membres (sur neuf) du Conseil de rédaction de l’Égalité (3 janvier) : le journal est remis par le Comité fédéral aux mains de Wœhry et d’Outine ; attitude conciliante du Progrès, 270-271. Robin à Neuchâtel : affichage de petits placards de propagande (15 janvier) ; article du Progrès, « Les braves de l’Union libérale » (n° 5, 29 janvier), 272-275. À Paris : la journée du 12 janvier ; lettre de Varlin à Aubry (19 janvier), 275-276. Le « coopérativisme » de la nouvelle rédaction de l’Égalité ; les collectivistes traités de « sectaires » ; ma lettre (29 janvier) sur la chimère de l’émancipation par la coopération. 276-277. Les assemblées générales du mercredi, à Genève, manifestent l’intention de soustraire l’Égalité au contrôle de la Fédération romande ; les Sections des Montagnes se préparent à revendiquer leurs droits, 277-278. Résultats satisfaisants de la propagande dans le Jura, 278. Robin quitte Genève pour Paris (6 février) ; la Section de l’Alliance, Joukovsky, 278-279. Meeting de Lausanne (27 février), 279-280. Poursuites contre Netchaïef : articles du Progrès (n° 6, 8 et 10, 5 et 19 février, 5 mars) ; article de Bakounine dans la Marseillaise sur la mort de Herzen, reproduit dans le Progrès (n° 10, 11 et 12), 280. Second article du Progrès sur la fête du 1er mars (n° 9, 26 février), 280-282. Bakounine se rend de Locarno à Genève pour les affaires russes (12 mars) ; le fonds Bakhmétief : résurrection du Kolokol, 282-283. Assemblée de Lyon (13 mars) ; Robin à Paris ; nouvelle édition française des Statuts de l’Internationale, 283-286. La question de l’attitude de l’Internationale vis-à-vis des gouvernements : le point de vue du Temple-Unique, le point de vue du Jura, 286-287. La Section de l’Alliance et Outine : revision du programme faite sous la pression de Becker (26 mars) ; intervention de Bakounine, 287-288. Création par Outine d’une Section russe à Genève (annoncée le 23 mars) ; Outine et Marx ; alliance du Temple-Unique avec Coullery, 288-289. La Section de propagande de la Chaux-de-Fonds refusée par le Comité fédéral romand (27 mars) ; lettre de Perron ; lettre de Bakounine (2 avril) ; plan de bataille à la veille du Congrès romand, 289-291. « Communication confidentielle » (Confidentielle Mittheilung) de Marx à ses amis d’Allemagne (28 mars), 291-298. Dernier article du Progrès (n° 14, 2 avril 1870), 299-302.