L’Internationale, documents et souvenirs/Tome II

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tome 2
Société nouvelle de librairie et d’édition.
Tome I Tome II Tome III


TABLE DES MATIÈRES DU TOME SECOND




TROISIÈME PARTIE


La Scission.


I. — Congrès de la Chaux-de-Fonds (4-6 avril 1870) : compte-rendu du Congrès, extrait de la Solidarité (retraite de la minorité des délégués à la suite d’un vote admettant la Section de l’Alliance dans la Fédération romande ; la Fédération romande coupée en deux moitiés : l’une — composée des Sections collectivistes, dont les délégués s’étaient trouvés en majorité au Congrès — avec son Comité fédéral à la Chaux-de-Fonds ; l’autre — composée des Sections anti-collectivistes, dont les délégués s’étaient trouvés en minorité au Congrès — avec son Comité fédéral à Genève), 1-8 ; le débat sur la Section de l’Alliance, 8-13 ; les résolutions de la majorité, 13-15 ; les résolutions de la minorité. 16-17. Le lendemain du Congrès:lettre de notre Comité fédéral (Chaux-de-Fonds) au Conseil général à Londres (7 avril), 17. Lettre de Bakounine au Volksstaat (16 avril) ; lettre de Borkheim publiée par le Volksstaat, répétant la calomnie lancée contre Bakounine par la Confidentielle Mittheilung (30 avril), 18. Trois délégués de la majorité vont à Genève faire une démarche conciliante, qui est repoussée (10 avril) ; attitude violemment hostile de la coterie Outine-Coullery, 18-20. Bakounine quitte Genève (18 avril) pour retourner à Locarno, et passe à Neuchâtel ; Les Ours de Berne et l’Ours de Saint-Pétersbourg, 20-21. Débuts de la Solidarité; le Progrès cesse de paraître, 21-22. La version de Marx, 22-24. État d’esprit des Sections de la majorité, redoublement d’ardeur pour la propagande, 24-25. Injures de l’Égalité, langage conciliant de la Solidarité, 25-26. Attitude, à notre égard, des socialistes en France (grève du Creusot), en Espagne, en Belgique, 26-28. L’Internationale en France : constitution de la Fédération parisienne (18 avril) ; les arrestations (30 avril et jours suivants), le plébiscite (8 mai), 28-31. Articles de la Solidarité sur la question politique, 31-36.

II. — Meeting de Vevey : tentative, faite par nous, d’un rapprochement avec les hommes du Temple-Unique (8 mai), 37-39. Succès de notre propagande dans les Montagnes ; isolement de la Section de l’Alliance à Genève, 39-41. Grèves des tuiliers et des plâtriers-peintres à Genève ; assemblée populaire de protestation du 7 juin ; lock-out général du bâtiment (13 juin) ; articles de la Solidarité sur les candidatures ouvrières et sur la protestation populaire de Genève, 41-45. Congrès de Stuttgart (4-7 juin), 45. Lettre que m’écrit en juin Jung, correspondant du Conseil général pour la Suisse, 46-48. Incident des trois tailleurs de pierres parisiens à Genève (12-13 juin), 48-50. Disparition de Chevalley et de Cagnon, (29 juin), 50. Suite du lock-out du bâtiment à Genève ; l’Égalité réduit son format et ne paraît plus que tous les quinze jours à partir du 18 juin, 50-52. L’Internationale à Paris : le Socialiste, imprimé à Neuchâtel (11 et 18 juin) ; troisième procès (22 juin-5 juillet), 52-54. Le Congrès de Barcelone (10 juin) ; progrès de l’Internationale en Espagne, 54. Alliance électorale de l’Internationale et des radicaux à Genève (10 juillet), 54-55. Décision du Conseil général de Londres prononçant que la majorité, au Congrès de la Chaux-de-Fonds, n’a été que nominale, et insistant sur l’action politique (28 juin) ; réponse de la Solidarité (23 juillet)), 55-59. Rupture entre Bakounine et Netchaïef (juillet), 59-64.

III. — La guerre. Fin de la grève de Genève, par patriotisme (juillet 1870), 64-67. La Solidarité en demi feuille (30 juillet). 67. En France et en Allemagne, 67-71. La Section de Vevey se joint à la fraction genevoise de la Fédération romande (7 août) ; article de la Solidarité sur le « groupement géographique », 71-75. Bakounine, Perron, Joukovsky et Sutherland expulsés de la Section centrale de Genève (13 août), 75-76. Attitude de Marx ; Mayence désigné, au lieu de Paris, comme lieu de réunion du Congrès général de 1870 ; lettre de Marx à J.-Ph. Becker ; article de la Federacion sur le programme du Congrès général ; le Congrès est ajourné à une autre époque, 76-79. Attitude de Bakounine : son plan de soulèvement populaire en France ; il commence à écrire une « Lettre à un Français » (août), 79-82. Sedan ; le 4 septembre ; le manifeste de la Solidarité (5 septembre) et ses suites ; les coullerystes et les hommes du Temple-Unique ; le manifeste du Comité central de Brunswick et la lettre de Marx ; l’Internationale à Paris ; F. Buisson se rend dans cette ville, 82-90. Départ de Bakounine de Locarno (9 septembre), son arrivée à Lyon (13 septembre) ; publication des Lettres à un Français, 90-93. Préparatifs d’un mouvement à Lyon ; l’affiche du 26 septembre, 93-96. La journée du 28 septembre, 96-99. Lettre d’Eugène Dupont à Albert Richard (6 septembre) et extrait du manifeste rédigé par Marx (9 septembre) ; extrait d’une lettre de Marx à Beesly, 19 octobre ; appréciations de Marx et du Volksstaat sur le mouvement du 28 septembre. 99-102. Tentative à Brest (2 octobre). 102-103.

IV. — Convocation d’un Congrès extraordinaire de nos Sections à Saint-Imier ; protestation de notre Comité fédéral dans le National suisse (2 octobre 1870), 103-106. Congrès à Saint-Imier ; la proposition de constituer une fédération nouvelle sous le nom de Fédération jurassienne écartée comme prématurée (9 octobre), 106-108. Bakounine à Marseille en octobre ; manuscrits ébauchés ; il quitte Marseille (24 octobre) et retourne à Locarno ; récit de son départ de Marseille, par Alerini, 108-114. La Commune de Marseille (31 octobre-4 novembre) : récit d’Alerini ; nouveau mouvement à Lyon (4 novembre), 114-210.

V. — Dans le Jura : nos publications de propagande, l’Almanach du peuple pour 1871 ; activité silencieuse pendant l’hiver de 1870-1871, 120-121. Nouveau mouvement à Lyon (20 décembre) ; projet de journal lyonnais, abandonné, 121-122. Projet de brochures de théorie et d’une brochure d’actualité ; préparatifs pour la réapparition de la Solidarité, 122-125.

VI. — Capitulation de Paris (28 janvier 1871) ; l’armée de Bourbaki à Neuchâtel, 125-126. Projets et idées. 126-127. Retour de F. Buisson ; j’accepte la proposition d’aller à Paris avec lui (21 février) ; mon départ est ajourné, 127-128. Lettre à Joukovsky sur les élections françaises (24 février) ; lettre de Varlin (20 février), 128-129. Assemblée à la Chaux-de-Fonds, constitution d’une société de garants de la Solidarité (26 février), 129.

VII. — Bakounine écrit (novembre-décembre 1870) le commencement d’un grand ouvrage politique et philosophique, resté inachevé et en partie inédit ; il remanie ensuite (janvier-mars 1871) le manuscrit de cet ouvrage, dont le début s’imprime à Genève et deviendra la première livraison de L’Empire knouto-germanique et la Révolution sociale ; je rentre en correspondance avec lui (janvier); extraits du calendrier-journal de Bakounine (janvier-mars 1871). 130-133.

VIII. — Le 18 mars 1871 : notre envoi d’un émissaire à Varlin ; impressions de Varlin sur le mouvement parisien, 133-134. Le n° 1 (28 mars) de la nouvelle série de la Solidarité, imprimée à Genève : article sur la situation de l’Europe, 134-139. Les mouvements insurrectionnels en France : Lyon (23 mars), Marseille (25 mars), Saint-Etienne, Narbonne, le Creusot, etc., 139-140. Lettres de Bakounine (5 et 9 avril), 140-141.

IX. — Le n° 2 de la Solidarité |12 avril 1871) : article sur le fédéralisme, 142-144. Lettre de Bakounine (16 avril) ; n° 3 de la Solidarité (23 avril). 144-146. Arrivée de Bakounine dans le Jura (27 avril), 146. Dernière insurrection à Lyon (30 avril), 147. N° 4 de la Solidarité (12 mai), 147-148. Lettre de Richard et de Blanc à Perron (12 mai), 148. Apparition de la première livraison de L’Empire knouto-germanique et la Révolution sociale (commencement de mai) ; passage sur Marx. 148-150. Conférences de Bakounine au Val de Saint-Imier, 150-131. Nos projets en mai ; réunion de Neuchâtel (21 mai), 152-133.

X. — La Semaine sanglante, 153-154. Bakounine repart pour Locarno (30 mai 1871), 154. Lettre de Bakounine, 10 juin. 155-156. Efforts pour continuer la Solidarité, 156. Nouvelle tactique d’Outine et de Marx ; Mme Dmitrief à Genève en mars ; intervention de Robin, devenu membre du Conseil général de Londres, 157-160. Manuscrits de Bakounine : « Préambule pour la seconde livraison de l’Empire knouto-germanique » (5 juin-13 juillet) ; « Protestation de l’Alliance » (4-25 juillet) ; extraits de ces manuscrits : opinion de Bakounine sur la Commune de Paris, hommage rendu par Bakounine à Marx, 160-166. Visite du père Meuron (1er juillet), 166. Secours aux réfugiés de la Commune : voyage de Schwitzguébel à Paris avec des passeports ; les premiers réfugiés à Genève ; lettre de Schwitzguébel à Mlle P., 166-169. Nouveaux efforts pour la publication de la Solidarité (juillet) ; notre nouveau Comité fédéral à Sonvillier-Saint-Imier, 169. Arrivée de Mme André Léo et de Malon à Neuchâtel (25 juillet), 169-171. Second envoi de passeports, Gustave Jeanneret à Paris (août), 171-172. Les communards de Neuchâtel, 172-173. Mazzini attaque la Commune et l’Internationale ; première réponse de Bakounine à Mazzini (25-28 juillet), parue en italien à Milan dans le Gazzettino rosa (14 août), en français dans la Liberté de Bruxelles (18 et 19 août), 173-174. Suite de l’intrigue de Londres : Robin réussit (25 juillet) à faire constater officiellement que la Section de l’Alliance, à Genève, a été reconnue en 1869 par le Conseil général ; Marx fait décider qu’une Conférence sera réunie à Londres, 174-177. Proposition de dissoudre la Section de l’Alliance de Genève ; lettre de Bakounine, qui la combat (6 août) ; la Section de l’Alliance prononce sa dissolution (même jour), 177-181. Extraits de lettres de moi à Joukovsky (10, 11, 15 août), 181-184. Bakounine proteste contre la dissolution de la Section de l’Alliance (16 août) ; lettres de moi à Joukovsky (20 et 27 août), 184-186. Procès, à Saint-Pétersbourg, de la société secrète fondée par Netchaïef (juillet-août), 186. « Rapport sur l’Alliance » rédigé par Bakounine (28 juillet-26 août) ; commencement de la seconde réponse de Bakounine à Mazzini (25 août), 186-187. Projet d’envoyer un délégué à Londres ; nous y renonçons ; notre Fédération n’est pas convoquée à la Conférence ; lettre adressée à la Conférenee par notre Comité fédéral (4 septembre), 187-190. Je vais rendre visite à Bakounine à Locarno, 190-191. Extraits de la brochure de Marx sur la Commune (The Civil War in France), et d’une lettre de Marx à Sorge (9 novembre 1871), 191-192.

XI. — La Conférence de Londres (17-23 septembre 1871) ; les délégués, 192-194. Extraits d’un récit écrit par Robin, 194-198. La Conférence de Valencia (9 septembre) et le délégué espagnol à Londres : extraits d’un récit écrit par Anselmo Lorenzo, 198-201. Les résolutions II et IX de la Conférence ; erreur commise par Robin, et, à sa suite, par le Mémoire de la Fédération jurassienne, au sujet du troisième considérant des Statuts généraux, 202-207 ; résolutions X-XVI, 207-209 ; la résolution XVII, sur le différend entre les deux fédérations de la Suisse romande, 210-214.

XII. — Lettre de notre Comité fédéral aux membres de l’ancienne Section de l’Alliance, à Genève (27 septembre 1871), 215. Extrait d’une lettre de Bastelica à Joukovsky (28 septembre). 216. Attitude des réfugiés français à Genève : extrait d’une lettre de Lefrançais et de Malon à Verrycken, à Bruxelles (16 novembre) ; Malon et Outine, extrait d’une lettre de Bakounine (3 octobre) ; la Section de propagande et d’action révolutionnaire socialiste de Genève, 216-218. Le cinquième Congrès de la Ligue de la paix, à Lausanne : Mme André Léo et Clémence, 218. Premières publications des réfugiés de la Commune en Suisse : Le Livre rouge de la justice rurale, de Jules Guesde ; Hommes et choses de la Commune, de Maxime Vuillaume ; La Troisième défaite du prolétariat français, de B. Malon ; Étude sur le mouvement communaliste, de G. Lefrançais, 219. La Révolution sociale de Claris : ses trois premiers numéros (26 octobre-9 novembre), articles de Mme André Léo, qui « attache le grelot », 219-222. La Section de propagande de Genève et le Conseil général. Effet produit sur nous par les résolutions de la Conférence de Londres ; nous décidons de convoquer un Congrès fédéral. 222-223. Bastelica à Neuchâtel ; voyage de Joukovsky dans le Jura, 223-225. Circulaire de notre Comité fédéral convoquant le Congrès fédéral pour le 12 novembre à Sonvillier (31 octobre), 225-226. Ce que fait Bakounine pendant les mois de septembre, octobre et novembre 1871 : il travaille à sa seconde réponse à Mazzini : Risposta all’Unità italiana, écrite du 2 au 4 octobre ; relations suivies avec de jeunes propagandistes italiens, entres autres Pezza ; circulaire aux amis italiens, écrite du 19 au 28 octobre, en réponse à la circulaire de Mazzini relative au Congrès ouvrier de Rome, 227. Les destinées du manuscrit qui devait former la seconde livraison de L’Empire knouto-germanique, 228. Le calendrier-journal d’octobre et novembre 1871 : deuil de famille, angoisses cruelles, détresse pécuniaire ; lettre de Bakounine à Ogaref, 14 novembre, 229-231.


QUATRIÈME PARTIE


La Fédération jurassienne : première période.


I. — Le Congrès de Sonvillier (12 novembre). Les délégués ; Guesde et Joukovsky délégués de la Section de propagande de Genève ; Lefrançais et Malon les accompagnent, 232-233. Le rapport de notre Comité fédéral ; constitution de la Fédération jurassienne, ses statuts, 233-237. La circulaire à toutes les fédérations de l’Internationale, 237-241. Attitude à l’égard du projet de Congrès ouvrier suisse ; adoption de la Révolution sociale comme organe de la Fédération ; décision concernant la publication d’un Mémoire ; le Comité fédéral placé à Sonvillier, 241-242. Clôture du Congrès, le 13; traversée de Sonvillier à la Chaux-de-Fonds par une tempête de neige, le soir du 13, 212-214. Envoi de la circulaire de Sonvillier, 244.

II. — En Espagne : article de la Emancipacion de Madrid, inspiré par Londres (novembre) ; attitude de nos amis de Barcelone, lettre d’Alerini (14 novembre), 244-246. En Italie : Engels et son correspondant Carlo Cafiero ; Congrès ouvrier mazzinien à Rome (1er novembre) ; lettre de Garibaldi sur l’Internationale (14 novembre) ; fondation du Fascio operaio à Bologne (4 décembre), 247. À Genève : expulsion de Lefrançais, Malon, Ostyn, de la Section centrale (2 décembre) ; contre-circulaire du Comité fédéral romand (Égalité du 24 décembre) ; la Section coulleryste de la Chaux-de-Fonds accepte les résolutions de la Conférence de Londres (18 janvier 1872), 247-249. Lettre de Joukovsky à Alerini (commencement de décembre) ; la Federacion de Barcelone publie la circulaire du Congrès de Sonvillier (31 décembre), la Emancipacion aussi ; lettre d’Alerini (2 janvier) ; Paul Lafargue à Madrid, 249-250. Action de Bakounine en Italie ; hésitations du Gazzettino rosa ; article signé Un Internazionalista (Cafiero) ; fragment d’une lettre de Bakounine aux amis de Milan ; Cyrille à Locarno ; le Gazzettino rosa publie la circulaire de Sonvillier (29 décembre) ; elle est publiée aussi par l’Eguaglianza, la Campana, le Proletario, le Fascio operaio, 251-233. Publication de La Théologie politique de Mazzini et l’Internationale, de Bakounine (fin de 1871) ; extrait d’un manuscrit inédit : éloge de Marx (7 janvier 1872) ; situation personnelle de Bakounine toujours la même, 253-255. Congrès de la Fédération belge à Bruxelles (24-25 décembre), résolutions affirmant l’autonomie des fédérations, mais sous une forme qui peut prêter à l’équivoque, 253-256. Brochure bonapartiste d’Albert Richard et Gaspard Blanc (janvier 1872), 236. La Révolution sociale cesse de paraître, 257. L’Almanach du peuple pour 1872, 257. La Fédération jurassienne adhère aux résolutions du Congrès de Bruxelles, et les interprète comme corroborant celles du Congrès de Sonvillier (7 février 1872) ; la création d’un Bulletin est décidée, 238-259. Malon à Neuchâtel, 239. La situation en France, 259-260.

III. — Le premier numéro du Bulletin de la Fédération jurassienne (15 février 1872) ; le n° 2 (7 mars) ; le n° 3 (15 mars), 260-263. À Genève, incident Amberny, 263. N° 4 du Bulletin (20 mars) ; visite de Pierre Kropotkine à Neuchâtel et au Val de Saint-Imier (mars), 263-267. Fondation à Lausanne d’une nouvelle Section adhérente à la Fédération jurassienne ; Pindy à Lausanne ; Guesde à Rome, 267. En Italie : Pezza et le Martello (février) ; Adresse de la Section italienne de Genève, réponse de la Campana ; mort de Mazzini (10 mars) ; Congrès du Fascio operaio à Bologne (17 mars) ; extrait d’une lettre de Bakounine à Celso Cerretti (mars), 268-269. En Espagne : la Alianza, société secrète fondée à Barcelone au printemps de 1870, a des groupes dans toute la péninsule en 1871 ; querelles personnelles entre quelques-uns de ses membres ; Paul Lafargue, venu en Espagne, en profite, et parvient à gagner les rédacteurs de la Emancipacion, 270 273. Le ministre Sagasta ordonne la dissolution de l’Internationale (16 janvier 1872) ; attitude énergique des internationaux espagnols, 273. Tentative de Lafargue pour créer une autre société secrète, les Defensores de la Internacional ; voyage de Mora en Catalogne et de Lorenzo en Andalousie (février-mars) ; pendant ce temps, querelle à Madrid entre les rédacteurs de la Emancipacion et la Fédération locale, 273-276. Congrès de Saragosse (4-11 avril), et dissolution volontaire de la Alianza ; nouveau Comité fédéral à Valencia. 276-277. En Allemagne : événements divers en 1871 ; retraite de Schweitzer, remplacé par Hasenclever ; procès de Leipzig contre Liebknecht, Bebel et Hepner (mars 1872), 277-278. Les frères Élie et Élisée Reclus ; Andréa Costa. 278-280.

IV. — Attaque de l’Égalité contre nous (7 avril), reproduite dans l’Internationale de Bruxelles (14 avril) ; réponse du Bulletin (1ermai) ; l’Internationale s’excuse (21 avril et 5 mai), 280-282. Mort du père Meuron : article du Bulletin (15 mai), 282-284. Vote du 12 mai sur la revision de la constitution fédérale suisse : article du Bulletin (10 mai), 284. Congrès de la Fédération jurassienne au Locle (19 mai). 284-286. En France : lettre écrite de Paris par Gustave Jeanneret (Bulletin du 15 mai), 286. En Italie : Cafiero entre en correspondance avec Bakounine (avril), et va le voir à Locaroo (20 mai-18 juin) ; assassinat de Piccinnini par les mazziniens (2 mai), 286-287. Correspondance de Bakounine avec les Espagnols (février-avril) ; lettre à F. Mora (5 avril), 287-289. La querelle continue entre la Emancipacion et la Fédération de Madrid ; lettre de Lafargue à la Liberté de Bruxelles ; réponse du Bulletin (10 mai), 289-290. Propos de Lorenzo rapporté à Bakounine, et lettre de celui-ci à Lorenzo (10 mai) ; Lorenzo répond seulement le 24 août ; lettre de Bakounine à Morago (21 mai), 291-293. Expulsion de Mesa, Pages et Lafargue de la Fédération madrilène (9 juin), 294.

V. — La « Circulaire privée » du Conseil général, Les prétendues scissions dans l’Internationale, brochure publiée au commencement de juin 1872 ; lettre de Mme André Léo à ce propos (13 juin) ; réponses de Teulière, Malon, Bakounine, Claris, Guillaume et Montels à la Circulaire privée, dans le Bulletin (15 juin) ; la lettre de Lafargue, du 17 mai, et ma réponse, dans le même numéro du Bulletin, 294-298. Définition de l’anarchie par Marx dans Les prétendues scissions : accord théorique et identité finale d’aspirations des deux partis en lutte, 298-299. Malon dans le Tessin, 299. Congrès de la Fédération romande (Genève) à Vevey (2 juin) : projet de Fédération suisse, excluant la Fédération jurassienne ; contre-projet des Zuricois, et lettre de Greulich ; réponse du Bulletin, 299-301. Mme Bakounine se rend en Sibérie avec ses enfants : Bakounine quitte Locarno et s’établit pour quelques mois à Zurich (4 juillet), 301. Le Conseil général convoque un Congrès général à la Haye ; protestation du Comité fédéral jurassien contre le choix de cette ville (15 juillet) ; le Conseil général maintient sa décision ; article du Bulletin à ce sujet (1{(er}} août), 301-304. Rédaction et commencement de l’impression du Mémoire de la Fédération jurassienne, 305. Le projet belge de revision des Statuts généraux, supprimant le Conseil général ; article du Bulletin (15 juillet) ; un Congrès belge amende le projet, et vote le maintien du Conseil général, 305-306. En Espagne : la Nouvelle Fédération madrilène, créée par Lafargue (juillet) ; retraite de Lorenzo ; lettre d’Engels (24 juillet) et réponse du Conseil fédéral espagnol ; dénonciation publique des internationaux qui avaient fait partie de la Alianza par la Emancipacion (28 juillet), et circulaire du Conseil fédéral espagnol (30 juillet), 306-310 ; les fédérations locales au sein desquelles la Alianza a existé déclarent que les membres de la Alianza ont bien mérité de l’Internationale ; extraits de la Cuestion de la Alianza, 310-311 ; nomination de quatre délégués pour le Congrès de la Haye, 311. En Italie : constitution de la Fédération italienne à la Conférence de Rimini (4 août), qui déclare rompre avec le Conseil général de Londres, et qui propose la réunion d’un Congrès anti-autoritaire à Neuchâtel, le 2 septembre ; Adresse de la Conférence de Rimini à Bakounine, 311-313. En France : agissements des proconsuls marxistes, expulsion de Paul Brousse, lettres diffamatoires envoyées de Londres, 313-315. En Amérique : les 50 Sections des États-Unis ; scission : Conseil fédéral du Tenth Ward Hôtel (marxiste) et Conseil fédéral de Spring Street (autonomiste), 315. En Angleterre : dans le Conseil général, Eccarius, Jung, Hales, etc., se détachent de Marx, 315. Dans le Jura : la Fédération ouvrière du Val de Saint-Imier (juillet) ; Congrès de la Fédération jurassienne à la Chaux de-Fonds (18 août), nomination de deux délégués pour le Congrès de la Haye ; Bakounine, Pezza, Cafiero dans le Jura. 316-318 ; sur les observations de la Fédération jurassienne, le Congrès international proposé par la Fédération italienne est fixé au 15 septembre, à Saint-Imier, 318. Lettre d’Engels à E. Glaser, à Bruxelles, lui annonçant « victoire gagnée » (19 août), 319.

VI. — Schwitzguébel et moi partons (30 août) pour la Haye comme délégués ; Cafiero nous rejoint à Bâle ; notre voyage, Mulhouse, Bruxelles ; arrivée à la Haye avec les délégués belges et espagnols (1er septembre) ; nous constatons que les Anglais et les Hollandais font cause commune avec nous, 319-321. Les délégués, les mandats, la vérification des pouvoirs (les mandats en blanc de Sorge ; les mandats allemands ; les mandats français ; les mandats des blanquistes ; les autres mandats de la majorité ; querelles cherchées à quelques délégués de la minorité), 331-332. Attitude de Marx, 332. La majorité et la minorité, 333-334. Le bureau (Ranvier, président), le mode de votation, la Commission d’enquête sur la société l’Alliance et sur les actes du Conseil général, 334-335. Première et seconde séances publiques (jeudi 5 septembre, après-midi et soir) : rapport du Conseil général, accroissement des pouvoirs du Conseil général. 330-338 ; le Conseil général reçoit (le 6) le droit de suspendre une fédération, 338. Le siège du Conseil général est transféré à New York (6 septembre), 339-340. Troisième séance publique (vendredi soir 6 septembre) : débat sur l’action politique, 340-342. Entente réalisée entre les membres de la minorité ; les blanquistes quittent le Congrès (Sorge devient président en remplacement de Ranvier, le 7) ; nomination de douze membres du Conseil général de New York ; insertion dans les Statuts généraux d’un article faisant de la « conquête du pouvoir politique » le « grand devoir du prolétariat », 342-343. Quatrième séance publique (samedi après-midi 7 septembre) : exposé des principes de l’Internationale, par les délégués hollandais et belges, 343. L’enquête faite sur l’Alliance par la Commission ; son rapport en séance privée, le samedi soir, 343-348. Déclaration des délégués de la minorité. 348-349. Les scrutins sur l’expulsion proposée de Bakounine, Guillaume et Schwitzguébel, 350-331. Clôture du Congrès, 351. Excursion à Amsterdam (dimanche 8 septembre), 331-355. Retour à Bruxelles (le 9), 305-356. Départ pour la Suisse des délégués jurassiens et des délégués espagnols (le 10), 356.



Bakounine.png